Ordre de Malte. Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris

Front Cover
1872
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 470 - Rénémesnil et nommait à la cure. Le domaine de Rénémesnil fut dans la suite fieffé par les Templiers vers la fin du XIIe siècle. III. — Parmi les dépendances du Temple de Bretteville-le-Rabet se trouvait également le fief de Moult. C'était un fief noble qui consistait en un moulin à eau, situé au hameau d'Ingouville, paroisse de Moult , sur les bords de la rivière de Manche, ainsi qu'en cens, rentes et autres droits seigneuriaux. Aux membres ou dépendances du Temple de Bretteville,...
Page 758 - Joux , pour le salut de son âme et de celles de ses prédécesseurs , un muid villageois de froment , de cense , affectée sur son moulin de Sivirie.
Page 703 - XVIIe siècle qu'un grand enclos fermé de murs, où se trouvait une motte entourée d'eau, sur laquelle était bâti « un pavillon servant d'habitation au commandeur, lorsqu'il venait en ville.
Page 471 - ... établie à Voisiner devait son origine aux - libéralités des seigneurs de Gouvix, Pierre de Gouvix et Guillaume son fils, qui avaient constitué pour eux, en 1148, dans le fief de Fontaine-le-Pin, la terre et seigneurie de Voismer. Nous avons trouvé une charte de Robert de Gouvix, de l'année 1203, par laquelle ce seigneur approuvait et confirmait toutes les donations que Guillaume de Gouvix, son père, et Pierre de Gouvix, son grand-père, avaient faites à l'Ordre du Temple , comprenant...
Page 470 - ... la commanderie. Pour éviter un procès, on transigea, et il fut convenu que le curé prélèverait, sur le revenu de son église, vingt-cinq sols tournois qu'il remettrait au commandeur, chaque année, le jour de la SaintMichel; qu'il lui donnerait, pour se chauffer, deux charretées de bois par an et à la Noël deux chapons, qu'il dirait un jour de la semaine la messe en la chapelle de la commanderie, et que, ce jour-là, le commandeur le recevrait à dîner à sa table. En 1413, les Hospitaliers...
Page 574 - Jérusalem, et à cette occasion déclara par des lettres données sous le sceau de l'Official de Beauvais, du mois de novembre de la même année, faire aumône à la maison du Temple de tous ses biens, même de ceux qu'il acquerrait par la suite, sans aucune réserve, sauf ce qui était nécessaire à sa subsistance et à son entretien. En retour de cette libéralité, les Templiers déclarent le recevoir en leur confraternité (Mannier). En 1282, un arrêt du Parlement rendu après enquête, attribua...
Page 474 - Chou-Ghoudrel et au Rond-Buisson. Les terres de Martigny, celles de Pierrepont et des autres territoires, furent ensuite données à cens ou rente perpétuelle. On en convertit une grande partie en domaine fieffé, dont on forma à Pierrepont les vavassories d'Hérault, au HamelFouquet; d'Eschallou; de Vignas; de Mallet, au village de Coustures; de la Faulguette et d'Anoye. 3° FIEF DE POTIGNY. — La terre et seigneurie de Potigny appartenait aux Templiers vers le milieu du XIIIe siècle. Il existe...
Page 471 - ... hostises. Il leur assurait la libre disposition des terres que son père et son aïeul avaient échangées avec Richard le Tose, Tristan de Bouillon et ses vavasseurs de Fontaine. Il leur concédait, en outre, l'église de Fontaine-lePin avec ses revenus, la maison de Robert Lefebvre , le moulin de Laize, qui provenait de Guillaume de Gouvix et le droit de mouture dans tout le fief de Fontaine. Enfin, il déclarait leur donner soixante acres de bois dans la forêt de Granleir, dépendant de son...
Page 467 - ... ne fut arrêté dans la ville, par la bonne raison qu'ils n'y résidaient pas et qu'ils n'y avaient pas de maison. Cependant, l'abbé de La Rue nous apprend que, du côté du Pont-S'-Pierre, dans la rue des Quais, il y avait autrefois deux jeux de paume, qu'on appelait le Grand et le Petit Roch. Il ajoute que celui qui se trouvait entre la rue Guilbert et la rue des Cordes était nommé beaucoup plus anciennement le Temple, et que, dans le cartulaire de l'église SaintPierre de Caen, on trouve,...
Page 468 - ... le Merchier. Il existe aux archives nationales une charte, du mois de juillet 1266, par laquelle cette demoiselle reconnaissait avoir abandonné aux frères de la chevalerie du Temple, demeurant à Bretteville-leRabet, sa maison située à Caen, dans la paroisse Saint-Pierre de Darnetal, rue Basse, et tenue des frères du Temple au cens de 42 sols tournois par an, dans laquelle maison, est-il dit « les Templiers « avaient coutume de manger et de loger, lorsqu'ils « devaient, pour leurs affaires...

Bibliographic information