Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu'en 1820, Volume 7

Front Cover
L'auteur, 1823 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 83 - Kléber se disposait à évacuer le Caire, lorsque l'amiral Keith lui écrivit qu'un ordre de son gouvernement lui défendait de permettre l'exécution d'aucune capitulation , à moins que l'armée française ne mit bas les armes et ne se rendit prisonnière de guerre. Indigné d'une telle perfidie...
Page 290 - ... aussi au secours de leur général ; les Français , s'apercevant qu'ils allaient avoir à combattre toute l'armée ennemie , se retirent vers la ville ; la Pucelle marche la dernière, se retournant sans cesse et faisant face à l'ennemi , afin de couvrir la retraite des siens et de les ramener sans perte dans la place. Les Anglais s'avancent alors à grands pas pour couper le chemin à sa troupe, qui, effrayée par ce mouvement, se précipite en tumulte vers la barrière du boulevart du pont.
Page 281 - Dieu, gentil prince, dit la jeune vierge, c'est vous » et non un autre; je suis envoyée de la part de » Dieu pour prêter secours à vous et à votre royaume; » et vous mande le roi des cieux par moi, que vous » serez sacré et couronné en la ville de Reims , et serez " lieutenant du roi des cieux, qui est roi de France.
Page 100 - C'est du feu que son activité ; il ne transige pas sur la discipline, a en horreur tout ce qui ne marche pas droit, se dépite contre tout ce qui ne va pas vite, ne lait rien de ce qu'il sent, et l'exprime en termes qui ne s'oublient pas.
Page 176 - ... répondirent les gens de la paroisse des Échaubroignes; et, à leur tête, il se maintint pendant deux heures. Peu de temps après, au combat de La Tremblaye, il fut atteint d'une balle à la tête et laissé pour mort sur la place. Un fidèle domestique le releva; il respirait encore; on le secourut, et il fut porté à la suite de l'armée vendéenne, qui, pressée de toutes parts, se vit, après la bataille de Cholet, contrainte de passer la Loire, emmenant avec elle une population éplorée...
Page 282 - Sauveurdes hommes, assis sur son tribunal, dans les nuées du ciel, et tenant un globe dans ses mains; à droite et à gauche étaient représentés deux anges en adoration ; l'un d'eux tenait une fleur de lis, sur laquelle Dieu semblait répandre ses bénédictions ; les mots Jkésus, Maria étaient écrits à côté.
Page 162 - Apres cette courte explication aussi ferme que généreuse, il ne fut plus question d'arrêter ni de destituer personne dans sa division. Dans ces temps terribles de proscription, quantité d'émigrés pris les armes à la main, ou sans armes, tombèrent au pouvoir de Lefebvre.
Page 214 - Je vous veux montrer, répliqua le prince, combien la religion que je tiens est plus douce que celle dont vous faites profession. La vôtre vous a conseillé de me tuer sans m'ouïr, n'ayant...
Page 162 - Dans ces lieux témoins de sa gloire, il professa toujours les lois de l'honneur et de l'humanité. 11 sut profiter des leçons de Turenne et du maréchal de Saxe. Comme le premier, il fut sage et modeste ; comme le second, il fut actif, audacieux et prudent.
Page 345 - Brie et les' pays enclavés dans ces provinces. Il rendit, en 1550, au pape Jules III, l'obéissance filiale, au nom du roi, dont il était ambassadeur. En 1552, il servit à la prise de Metz ; reprit le château de Bouillon , et toutes les autres places de son duché, trente ans après l'usurpation de Charles V.

Bibliographic information