Les ducs de Lorraine, 1048-1757. Costumes et notices historiques

Front Cover
1854
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Popular passages

Page 58 - ... venait se former. On y apprenait de véritables sciences dans des écoles où la physique était démontrée aux yeux par des machines admirables. Il a cherché les talents jusque dans les boutiques et dans les forêts, pour les mettre au jour et les encourager. Enfin , pendant tout son règne, il ne s'est occupé que du soin de procurer à sa nation de la tranquillité, des richesses , des connaissances , et des plaisirs. «Je quitterais demain ma souveraineté, «disait-il, si je ne pouvais...
Page 58 - Sa cour était formée sur le modèle de celle de France. On ne croyait presque pas avoir changé de lieu quand on passait de Versailles à Lunéville. A l'exemple de Louis XIV, il faisait fleurir les belles-lettres.
Page 61 - Stanislas avait une physionomie heureuse, pleine de hardiesse et de douceur, avec un air de probité et de franchise qui de tous les avantages extérieurs est le plus grand, et qui donne plus de poids aux paroles que l'éloquence même. La sagesse avec laquelle il parla du roi Auguste, de l'assemblée, du cardinal primat et des intérêts différents qui divisaient la Pologne, frappa Charles.
Page 39 - ... desdictes couleurs de gris, » blanc et rouge, et une barde aussi couverte de drap • d'or, et sur Icsdictes robbe et barde trois doubles croix
Page 61 - ... jamais aucun service de ses domestiques auprès de sa personne. Il était d'une tempérance peu commune dans ce climat ; libéral , chéri de ses vassaux , et peut-être le seigneur polonais qui eût le plus d'amis. Il fut en Lorraine ce qu'il avait été dans sa patrie, doux , affable , compatissant , parlant avec ses sujets comme avec ses égaux , partageant leurs peines , et les consolant en père tendre.
Page 52 - Gibbon, le triple fléau de la guerre, de la famine et de la peste détruisit la moitié du genre humain.
Page 55 - ... posé sur une épée droite, des pièces aux armes en plein champ etc., toutes frappées à Nancy et à Saint-Mihiel. Habituellement, le duc prend les titres de DVX • BARREN • LOTH • 1t(arckio), parfois il y ajoute P • CO (Proi'inciae cornes).
Page 46 - sa camisole étoit toute reluisante de broderies , ses gants étoient riches en pierreries , ses bas étoient de velours...

Bibliographic information