La prise de Cordres et de Sebille: chanson de geste du XIIe siècle pub. d'après le manuscrit unique de la Bibliothèque nationale

Front Cover
Ovid Densusianu
Firmin Didot et cie, 1896 - Chansons de geste - 194 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xlviii - Cf. C. Schmidt, Histoire et doctrine de la secte des Cathares ou Albigeois, Paris, 1848-1849, I, pp. 86-94. Pour les Popelicans cf. aussi Pertz, SS., XXIII, pp. 83g, 878 ; XXVI, pp. 245, 258.
Page xlv - faisaient remonter à la fin du xm e ou au commencement du xiv e siècle, et que M. Couraye l'auteur de la première partie n'a fait que copier les Annales Laurissenses et Einhardi, donnent aussi
Page li - plus loin. C'est Bugladans, li cuverz maleïz ; Onques a trere une foiz ne failli. Cil entesa au preu conte Aymeri, Une saiete descocha, sel feri Soz la mamele, que lo aubère ronpi. Au v. 2532, au lieu de
Page lxix - bitude les jongleurs ne se piquent pas de connaître la topographie des localités où ils placent l'action, Herbert le Duc semble cependant avoir eu quelques notions sur la ville de Gandia. Il décrit Candie de la manière suivante : Candie siet sor mer en un rivage, En une roche dont la terre est sauvage. .XXX. chastel i donent
Page 111 - Ansanble o lui avoit .v. de ses filz. Ernalt le rous a apeller an prist : « Par Deu, Ernalz, molt grant folie ait si, 5 « Quant atandeiz partie an mon païs : « Jai n'en areiz ke vaille .j. parasis; « Mais aleiz an an Geronde ou païs, « Un conte i ait ke molt par est gentis, « Mais assis l'ont paien et Arabi.
Page 57 - cités elle est forment garnie : f. 777 b « De maintes terres i vienent la navie, « Et d'Angleterre et devers Normendie, 2i 85 « Qui lor amoine les chiers dras d'Aumarie, « Tires et pailles et destriers de Sulie, « Dont li borjois de la ville sont riche.
Page 111 - ces paroles dou palais sont husi, Lors seles metent, as chevalz se sont pris, Congiet ont pris de trestoz lor amins. Atant s'en tornent, ke n'i ont terme quis. Tant chevaicherent par puis et par laris Ke de Geronde voient les murs antis
Page 112 - An petit d'oure les arons desconfis. » Atant s'armèrent li chevalier de pris, Puis s'an tornerent le pandant d'un laris. Tant esploiterent k'en loges se sont mis, 3o N'en sorent mot paien nen Arabi, Tant k'il en orent plus de .x m
Page lxix - passage; Cil quis maintient a chascun jor d'oittrage .G. mars d'argent qu'il tient en son saaige, Estre la rente ' qu'il done au seignorage. Li mur sunt haut, bien fondé en estage ; Devers les plains
Page xcii - et de Sebille qui a été laissée inachevée : le même fait s'observe pour la Prise d'Orange, fol. 109 r° ', et le Siège de Barbastre, fol. i63 r° 2 . D'au1. Celle-ci finit avec les vers : Dist li : « Conpains, jantis estes et bers. « Ceaus qui ci sont voirai si demoner, « Faire en poés toute vos volantes.

Bibliographic information