Histoire de l'ancienne université de Grenoble

Front Cover
1839
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 45 - On conçoit, d'ailleurs, que Montluc dût être fort empressé d'attacher à l'Université dont il était le chef, en qualité de chancelier (ioi), un savant déjà placé par l'opinion la plus générale à la tête des jurisconsultes de ce siècle , et qu'en même temps cette réputation de Cujas dût également , au conseil d'état , concourir à faire pencher la balance en faveur de l'Université à laquelle il s'agrégeait. Aussi , quoique la cause de l'Université de Grenoble fût fortifiée...
Page 44 - En 157A, Loriol fils, ayant été cotisé à la taille, en fut exempté, sur sa demande, par le conseil municipal, soit parce qu'il était du nombre des vingt-un avocats consistoriaux du parlement, soit en considération « des bons et agréables ser» vices ci-devant faits à la ville par feu M Loriol son père.
Page 23 - Justinianei juris interpretants , si queeramus quiœ un-us excellât , palma deferenda est. : même, à qui les talens de Govéa paraissent avoir fait ombrage, quoiqu'ils fussent amis , disait qu'il ne se rassurait que sur l'insouciance et l'éloignement pour le travail du jurisconsulte portugais. En effet, quoique Govéa eût commencé à publier des ouvrages, au moins vingt-cinq ans avant sa mort, le recueil de ses œuvres ne forme qu'un volume inoctavo, qui n'équivaut pas au quart d'un seul des...
Page 32 - ... Ville s'est assemblé dans la maison de M. Genthon-Calignon, consul; le sieur d'Acquin s'y est présenté «soi-di« sant ayant charge du seigneur des Adrets, étant « de présent à Valence, lequel auroit remontré au « conseil d'avertir le sieur Paviot, consul, et « M" Jean Robert, avocat (membre du conseil), « d'avoir à s'absenter de la présente cité dans « vingt-quatre heures, sous peine d'estre pendus « et estranglés. » Nous comprenons maintenant s'il y avait à délibérer à...
Page 56 - Chorier, hist. gênér., ij , 688, «12. ment à l'aide des secours que lui fournit la suppresesion de l'Université de Grenoble, dès que, sans cela, d'après l'aveu de son conseil de ville, elle n'eut pu mettre à sa tête le premier jurisconsulte du monde. Il est probable d'ailleurs, et c'est aussi l'opinion générale dans nos pays , que jamais les autorités administratives et judiciaires de Grenoble ne renoncèrent aux droits de leur ville , et que , de temps à autre, ils essayèrent de faire...
Page 47 - SECOUSSE, Acad. des Inscript., xvij, 662. ) 107 Entre un grand nombre de commissions dont nous avons la note, nous nous bornerons à citer celle de la surintendance générale de police, justice, finances et octrois des villes dans le Languedoc, qui lui fut délivrée par des lettres-patentes du 12 janvier 1578 ( quinze mois avant sa mort ) avec la mission délicate de pacifier les troubles de religion dans cette province. (Voy. D.
Page 55 - On termine ce mémoire par dire qu'il faudrait faire une requête lugubre au roi, pour demander le maintien de l'université et la jouissance des revenus accordés sur les gabelles. Nous ignorons si ce mémoire singulier fut présenté au roi; nous voyons seulement qu'en...
Page 55 - Grenoble, tels que l'édit de 1339, et il ne prouve pas non plus que l'université n'y fût point bien placée. L'expérience avait démontré le contraire pendant vingt-cinq ans, puisque les élèves y affluaient au temps de Gribald et de Govéa. Si celle de Valence...
Page 39 - ... Prœlectiones sur la juridiction ( p. 94), publiées à Lyon en 1559. (83) II fut cité dès 1545, par François Baudoin, Prolegomena juris (1545, Bib. Grenob. n.° 5669), p. 132; en 1562, par Emmanuel Soarez, Observationes juris, c. 26 (au trésor de Meerman,t. 5. p. 585); avant 1594, par Jean Borcholten ( mort cette année ) , dans son commentaire sur les Instituts. Voy. la table de id., édit. 15g5, Bib. Gren. n.° 5647- M. Haase, p. 17, 18 et 34., indique plusieurs autres jurisconsulte...
Page 9 - Cette expression perpetua est d'autant plus remarquable, qu'à la fin de l'édit, le dauphin en jure sur l'évangile, pour lui et pour ses héritiers et successeurs, l'observation perpétuelle; de sorte qu'on ne put dès-lors priver la ville de Grenoble de cet établissement, sans porter atteinte au contrat de transport du Dauphiné qui maintenait les...

Bibliographic information