Annales de la Société historique et archéologique de Tournai, Volume 8

Front Cover
Société historique et archéologique de Tournai, 1904 - Tournai, Belgium
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Figures Pages 67 Maison impasse de la rue Barre SaintBrice
222
Escalier de cette maison
224
Maisons luchet dAntoing 4 et 5
226
Pavillon rue des Groseillers 2
227
Maison quai TaillePierres 1 Etat actuel
228
rue des Carmes 17
231
Le couvent des Célestines rue du Château 232
232
ancres
233
Fenêtre au couvent des Croisiers rue des Croi siers 5
234
Trois maisons rue des Fossés
236
Porte de la maison rue des Récollets 30
237
Maison du Porcelet GrandPlace 38
238
Brasserie SaintPiat rue SaintPiat 22
240
Façade vers la cour de la maison GrandPlace 50
242
Maison rue des Chapeliers 23 1677
244
Deux maisons rue TètedArgent 5 1672
246
Maisons place de Nédonchel 9 à 10
250
Restitution
251
Maison rue AsPois 36 1614
253
Trois maisons rue du Becquerel 1606
255
Maison rue de la Madeleine 2
257
rue du BasQuartier 14 1673?
259
rue du Réduit desSion14 et 16 1077
261
Deuxième période française 1667 à 1709
263
Quatre maisons rue DameOdile 2228
294
Trois maisons rue du Château 2933 toitures
299
Maison au Béguinage
301
rue Perdue 14 Escalier extérieur
303
rue SaintMartin 29 Escalier extérieur
304
Le Lion Blanc rue SaintJacques 18
305
quai des Poissonsceaux 26
307
rue des PuitslEau 23
309
rue des Meaux 4
310
quai NotreDame 26
312
dépendance de lhôpital NotreDame
314
Maison rue de Cologne 2
318
Fighres Pages 104 quai SaintBrice 19
324
Période autrichienne XVIIIe siècle
333
rue SaintJacques 17 1749
340
Conclusion Tournai ville dart
353
Paroisse NotreDame
377
Place des Acacias 386
466
30
469
rue de Paris 3 1622 218
474

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 278 - ... voisin, s'il n'ya titre au contraire, en payant les charges ; pourvu toutefois que le mur soit suffisant pour porter le rehaussement; et, s'il n'est suffisant, faut que celui qui veut rehausser le fasse fortifier, et se doit prendre l'épaisseur de son côté.
Page 281 - ... piliers ; car c'est le nom qui convient à ces trumaux réduits à une largeur d'un à deux pieds, formés d'assises monolithes (de pierres nommées hourdons, qui alternent souvent avec la brique), et offrant parfois la base et le chapiteau classiques. Entre les étages courent des entablements que comprennent deux cordons larmiers, ou que traversent les pilastres qui les découpent en compartiments ornés de cartouches. Pour mieux marquer la ressemblance avec l'ancien type, la baie occupe toute...
Page 395 - Élégante maison gothique en pierres et briques, de la fin du XVe siècle ou du commencement du XVIe. Elle rappelle le type des constructions brugeoises : fenêtres à croisées, sous de riches arcades, et pignon à escaliers ou gradins.
Page 40 - ... n'essayèrent point de dissimuler la nature des matériaux. Les moyens employés étaient d'ailleurs d'une extrême simplicité, et ces artistes qui, dans leurs constructions religieuses, montraient, dès le xn...
Page 15 - J'étudie d'emblée la façade qui fait visage vers » la rue, selon l'expression du temps passé, nous » essayerons d'en analyser la physionomie. » Dans les pays du nord l'architecture en bois a » précédé l'architecture en pierre, c'est vrai même * pour les monuments leligieux...
Page 40 - ... des façades de maisons en pierre d'appareil ou en moellon, si ce n'est cependant sur certains territoires dépourvus de carrières, comme en Champagne et en Picardie, par exemple. « Les établissements monastiques, si riches au xn' siècle, donnèrent l'exemple des constructions civiles en pierre, et cet exemple fut suivi par les particuliers. Il faut dire, à l'honneur des constructeurs de cette époque, qu'en adoptant la pierre ou le moellon à la place du bois, ils prirent très-franchement...
Page 281 - ... ressemblent moins à des ouvertures percées dans un mur, qu'à des espaces régnant entre des piliers ; car c'est le nom qui convient à ces trumaux réduits à une largeur d'un à deux pieds, formés d'assises monolithes (de pierres nommées hourdons, qui alternent souvent avec la brique), et offrant parfois la base et le chapiteau classiques. Entre les étages courent des entablements que comprennent deux cordons larmiers, ou que traversent les pilastres qui les découpent en compartiments...
Page 281 - ... pilastres qui les découpent en compartiments ornés de cartouches. Pour mieux marquer la ressemblance avec l'ancien type, la baie occupe toute la hauteur disponible entre les cordons, et l'arc surbaissé qui la ferme serre de tout près le plafond ; la baie des portes elle-même monte jusqu'à cette hauteur, recoupée plus bas par un linteau, qui en retranche une baie d'imposte. Aux antiques pignons ont succédé des corniches horizontales saillant de près de deux pieds, et soutenues par des...
Page 87 - On a accusé nos ancêtres du moyen âge d'avoir méconnu les règles de la propreté et de la salubrité ; il n'est pas de calomnie moins justifiée : l'usage des bains et des latrines fut universel chez eux jusqu'à la Renaissance et il serait fort à souhaiter que I.

Bibliographic information