Annales de la propagation de la foi, Volume 28

Front Cover
Chez Rusand, Libraire, Imprimeur du roi, 1856
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 96 - Chine , et s'exercer en outre à des compositions en prose ou en vers, sur des sujets tirés de ces livres. Or, sur cinq ou six mille concurrents qui se présentent aux examens généraux des provinces , c'est à peine si une centaine de candidats a les honneurs du succès. Et pourtant ces gradués ne sont pas des prodiges. Ils ont la mémoire toute hérissée de textes , ils savent lire et tracer beaucoup de caractères chinois , et divaguer en prose et en vers sur le premier sujet venu ; mais en...
Page 35 - ... bien vite et tomberaient, ou peu s'en faut, au rang- des sociétés où la religion ne tient aucune place. Aussi bien, que servirait à l'artisan d'avoir trouvé au sein de la corporation l'abondance matérielle, si la disette d'aliments spirituels mettait en péril le salut de son âme? Que sert à l'homme de gagner l'univers entier s'il vient à perdre son âme ? Voici le caractère auquel Notre Seigneur Jésus-Christ veut qu'on distingue le chrétien d'avec le gentil.
Page 103 - ... qu'ils se réduisent , en somme , à ces quelques points : nombreuses prostrations devant le trône de l'esprit, processions bruyantes où ce trône est porté en palanquin doré, chants et jeux licencieux, festins splendides avec accompagnement de rixes, d'ivresse et de propos obscènes. » Au culte des génies , il faut joindre celui des ancêtres : il est pour la famille ce que l'autre est pour la commune. Dans chaque maison païenne un peu à l'aise on réserve un appartement ou au moins...
Page 19 - Les apostats y prirent place, revêtus de beaux habits, etle festin commença, pendant que les deux prisonniers se tenaient au lieu du supplice. Le mandarin leur dit : « Le paradis, c'est de faire bonne chère, d'entendre » une belle musique et d'avoir ici-bas une jouissance « pour chacun de ses désirs. Vous qui voulez monter « au ciel , comment ferez-vous pour escalader ses « trente-trois étages? Abjurez, et vous serez traités « comme ces convives ; sinon, je vous Enverrai au « grand tribunal,...
Page 97 - On ne voit point de maisons isolées, de fermes éparses ça et là dans la campagne , comme en Europe. Or ces diverses agglomérations sont entourées de hautes et fortes haies de bambous ; presque toutes ont des portes qui se ferment pendant la nuit, et près desquelles est placé un petit corps de garde composé de quatre ou cinq hommes, qui veillent et vont faire la ronde dans les champs. Cette précaution est nécessaire et ne suffit pas toujours contre les voleurs. Des bandes de brigands pillent...
Page 86 - Tong-King , les variations atmosphériques sont trèsbrusques; souvent, après des chaleurs accablantes et un calme désolant , viennent soudain des vents impétueux et des tempêtes effroyables ; à la sécheresse qui brûle tout, succèdent soudain des pluies torrentielles et destructives ; on est des mois entiers sans apercevoir le soleil , et d'autres sans remarquer au ciel un seul nuage. Souvent vous vous écriez en hiver : Oh ! qu'il fait chaud ! puis tout-à-coup souffle le vent du nord, et...
Page 102 - ... perdues , les inventeurs de quelque art ou métier. Il ya aussi des esprits chiens, buffles, serpents, dragons, poissons, etc. Le tout se divise en deux catégories : les bons, qu'on invoque pour en obtenir des bienfaits; les malfaisants, qu'on adore pour éviter les coups de leur colère. Ce culte n'a point d'unité , point de règle générale. Chaque village suit en cela ses coutumes traditionnelles; mais quelle que soit la diversité des rites, on peut dire qu'ils se réduisent , en somme...
Page 63 - Héraclius acheva les fêtes de son triomphe par une cérémonie religieuse à Jérusalem, en 629. Pour rendre grâces à Dieu de ses victoires, il voulut porter la vraie Croix sur ses propres épaules en entrant dans la ville , et accompagner cette cérémonie de la pompe la plus éclatante ; mais il se sentit arrêté, dès le premier pas, par une main invisible.
Page 14 - J'ai bien un calendrier, mais il « n'indique que la suite du temps; » et il l'apporta. « Lis pour moi, dit le chef des satellites. — Je ne sais « pas lire les caractères. » (Le calendrier est en chinois, qui diffère beaucoup du coréen.) « Tu ne sais « donc lire, reprit le satellite, que les livres de la
Page 14 - Corée le premier prêtre chinois, le P. Jacques Ly, la persécution ne se ralentit pas tout d'abord, et dans la province où vivait Paul, on arrêta encore un grand nombre de néophytes. Un païen du nom de Kim, vivant dans le voisinage, désignait hautement Paul Ni comme le chef des "chrétiens et menaçait de le dénoncer aux magistrats. Sa femme, effrayée, l'engageait à fuir; mais il refusa, par crainte d'aller contre la volonté de Dieu, et de scandaliser les néophytes, qui avaient mis en...

Bibliographic information