Syrie, la force d'une idée: architectures constitutionnelles des régimes politiques

Front Cover
L'Harmattan, 2014 - Syria - 436 pages
La Syrie est un pays complexe et cela se reflète dans l'histoire de ses constitutions S et de ses régimes politiques. Avec moins d'un siècle d'existence, la Syrie a connu sept constitutions permanentes, cinq constitutions provisoires, deux constitutions et une charte panarabes, trois arrangements à caractère constitutionnel et quatre projets de constitution. Cette multitude de textes à caractère constitutionnel reflète l'intensité de l'histoire politique du pays. Les régimes politiques syriens furent très variés (monarchique ou républicains, libéraux ou autoritaires, de droite ou de gauche, militaires ou civils, unioniste ou souverainiste, etc.). Afin de pouvoir les comprendre il faut d'abord en connaître les causes, la finalité et en disséquer l'architecture interne. Malgré leurs différences, tous les régimes politiques successifs partagèrent depuis près de cent ans le même Projet national dont les grandes lignes furent tracées par le Pères fondateurs de la Syrie moderne en 1919 soit un an après la séparation des provinces arabes de l'Empire ottoman. Lors du déclenchement de la crise de 2011 le système politique syrien était sclérosé, obsolète, autoritaire et nécessitait des réformes profondes, mais cela justifiait-il pour autant une guerre civile qui risque, ne serait-ce que par mégarde, de sonner le glas du Projet national des Pères fondateurs ? Ce dont la Syrie avait besoin ce n'était pas d'une guerre civile, mais d'un processus de développement politique, graduel, réfléchi, négocié, qui préserverait son unité nationale et l'idée de Syrie. A moins que l'objectif non avoué de cette guerre soit précisément d'en finir avec le Projet national des Pères fondateurs et peut-être avec l'existence même de la Syrie. Un Proche-Orient sans la Syrie serait une terrible régression pour tous. Malgré ses imperfections, le modèle syrien a prouvé être un élément stabilisateur, protecteur des minorités et un antidote à la désintégration de la région. Un ordre régional sans la Syrie donnerait libre cours aux instincts primaires et aux exclusions sectaires. Si au sortir de cette guerre la Syrie parvient à maintenir son unité et à se doter d'un régime politique authentiquement pluraliste, alors le concept de Syrie pourra avoir une seconde jeunesse. La Syrie sera à nouveau perçue comme une idée prometteuse, une idée d'avenir. Karim Atassi est docteur en droit public, diplômé en sciences politiques, licencié en information et communication, ancien élève étranger de l'ENA, fonctionnaire international.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Bibliographic information