Les épopées françaises: livre 2. Geste de Guillaume

Front Cover
V. Palme, 1868 - Epic poetry, French
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 227 - De ceux-là qui sont morts à ceux-ci qui sont lâches! Je ne sais point comment on porte des affronts! Je les jette à mes pieds, je n'en veux pas! Barons, Vous qui m'avez suivi jusqu'à cette montagne, Normands, lorrains, marquis des marches d'Allemagne, Poitevins, bourguignons, gens du pays Pisan, Bretons, picards, flamands, français, allez-vous-en!
Page 333 - C'iert granz damages s'il est deseritez. » Respont li cuens : « Si com vos comandez. Ja voz conseilz ne sera refusez. » Guillelmes baise la dame o le vis cler, Et ele lui, ne cesse de plorer. Par tel covent es les vos dessevrez Que ne se virent en trestot lor aé.
Page 228 - Vous répondrez, baissant les yeux vers la muraille : ' — Nous nous sommes enfuis le jour d'une bataille, Si vite et si tremblants et d'un pas si pressé Que nous ne savons plus où nous l'avons laissé!
Page 71 - Chrétiens avaient a sauver leur religion, leurs institutions, leurs propriétés, leur vie même. Pour les Musulmans, outre l'intime persuasion où ils étaient qu'ils défendaient la cause même de Dieu, ils avaient à conserver le riche butin dont ils s'étaient emparés. Ils voyaient de plus que la victoire seule pouvait leur assurer une retraite honorable.
Page 9 - Il lui faut : 1. montrer au moins quelques traces de cette épopée; 2. rendre compte de sa perte ; 3. établir qu'elle est dans notre histoire littéraire un fait nécessaire. Or il se trouve que l'épopée provençale n'a point laissé de traces, que rien ne...
Page 227 - Ils refusèrent tous. Alors, levant la tête, Se dressant tout debout sur ses grands étriers, Tirant sa large épée aux éclairs meurtriers, .Avec un âpre accent plein de sourdes huées, Pâle, effrayant, pareil à l'aigle des nuées, Terrassant du regard son camp épouvanté, L'invincible empereur s'écria : — Lâcheté...
Page 445 - Dieu, saiclics que tu verras Guillaume avant « que tu meures. Mais il ne peult mie si tost venir, car il est enclos et assailli « de plus de quinze mille payens.

Bibliographic information