Le sourire de Sarah Bernhardt

Front Cover
Fayard, 2000 - Actrices - France - Biographies - 434 pages
0 Reviews
Née entre 1841 et 1844 d'un père resté mystérieux, Sarah Bernhardt se découvre très tôt une passion pour le théâtre. À quinze ans, grâce au duc de Morny, elle entre au Conservatoire, puis à la Comédie-française, qu'elle quittera plusieurs fois par esprit d'indépendance. Elle rencontre le prince de Ligne dont elle a un fils, Maurice, le grand amour de sa vie. En 1867, elle connaît un premier succès en jouant dans Athalie. Dès lors, la " voix d'or " interprète tous les grands rôles : Phèdre, Andromaque, Tosca, la Dame aux Camélias, l'Aiglon écrit spécialement pour elle - et elle inspirera la Salomé d'Oscar Wilde. Femme adulée et haïe, nombre d'hommes succombent à sa beauté et à son talent - le tragédien Mounet-Sully, Victor Hugo, Pierre Loti, Jacques Damala, qu'elle épousa, Gustave Doré, Jean Richepin - ou à tout le moins l'admirent : Freud, D.H. Lawrence, Sacha Guitry. C'est aussi une patriote attachée à " une certaine idée de la France ", qu'elle défend en 1870 et qu'elle représente partout à l'étranger : en Europe, mais également aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Australie, en Russie. Sa devise, " Quand même ", résume le courage et l'énergie de cette femme, depuis son engagement en faveur de Dreyfus jusqu'à l'amputation de sa jambe malade, qui ne l'empêcha pas de jouer. Elle inspire ici un récit à deux voix : celle de l'actrice, pendant les dix jours qui précédèrent sa mort en 1923 à l'âge de 80 ans, et qui se souvient des grands moments de sa vie, et celle d'un jeune biographe partagé entre l'admiration éperdue qu'il voue à cette femme et la rigueur du travail qu'il y consacre.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Bibliographic information