Histoire du regne de Louis XIV: roi de France et de Navarre, où l'on trouve une recherche éxacte des intrigues de cette cour dans les principaux Etats de l'Europe

Front Cover
Aux dépens de la Compagnie, 1717 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 295 - II me répondit : « La cour est quelquefois contente « lorsqu'elle ne doit pas l'être, et ne l'est pas quand « elle le doit. Pour moi, je vais au mieux que je m'i« magine qu'on puisse faire ; et fiez-vous à moi : il « ne faut pas qu'il y ait un homme de guerre en re« pos en France tant qu'il y aura un Allemand au
Page 298 - ... flanc et en queue : si bien que si je ne fusse arrivé avec la compagnie des gendarmes de M. le Dauphin, ils alloient être défaits. Mais nous poussâmes cet escadron, et tous ceux qui étoient sortis du défilé après lui , jusque par-delà la montagne. Dans ce temps-là M. de Turenne apprit qu'un autre corps des ennemis, où il y avoit de l'infanterie, marchoit de l'autre côté de la montagne : il craignit que ce corps tombant sur lui ne nous trouvât en désordre , et il nous rallia derrière...
Page 300 - Je vous demande pardon, Monseigneur, si j'ose vous dire que nous sommes tous inquiets de la marche que vous nous faites faire, et de voir que nous allons du nez dans cette montagne, et que nous sommes tous les uns sur les autres dans cette vallée.
Page 535 - Négotiations , qui pourraient apporter du dommage à l'un ou à l'autre, mais les rompront, & donneront avis réciproquement avec foin & fincerité , aufli-tôt qu'ils en auront connoiffance.
Page 276 - ... dans un grand calme des deux côtés, quand sur les onze heures il se fit de part et d'autre une décharge terrible. Les ennemis dirent que nous l'avions commencée, et nous disions que c'étoit eux : quoi qu'il en soit, presque toute la cavalerie s'enfuit, et le comte de Lussan, premier écuyer de M. le prince, homme de grand courage, eut bien de la peine à le mettre à cheval. Dès qu'il y fut, il entendit sur la droite un bruit de...
Page 426 - Officiers , & les a déclarés nuls & de nul effet & valeur ; défendant à qui que ce foit, d'y avoir aucun égard. MANDE & ordonne Sa...
Page 362 - ... autres. Enfin notre armée fit si bien , que les ennemis ayant été repoussés, lui laissèrent repasser le Rhin paisiblement. Le duc de Vendôme, fort jeune alors, eut la cuisse percée d'un coup de mousquet à la tête de son régiment, et donna dans cette occasion des marques du courage et des talens qui lui ont fait commander depuis avec gloire les armées du Roi dans les conjonctures les plus difficiles. A peine avoit-on reçu à la cour la nouvelle de la mort de M. de Turenne, qu'on apprit...
Page 299 - ... deux petites troupes de cavalerie qui venoient de Mulhausen, il marcha à ces trois gros escadrons des ennemis, qui ne l'attendirent point, et prirent la fuite. M. *** (0 étoit homme de qualité, bon et civil officier; il fit des merveilles dans toute cette action : cependant il ne put parvenir à être brigadier, Louvois n'aimant à élever que les gens de peu, ou les gens de condition qui se rendoient pour ainsi dire ses esclaves. Après ce combat, (i) M, *** : Ce nom est en blanc au manuscrit.
Page 483 - Antoine d'Oldenbourg parlait bon allemand et n'entendait point le danois comme son collègue. De sorte que pendant tout le cours des négociations de la paix, il ne parut presque que des écritures françaises, les étrangers aimant mieux s'expliquer en français dans leurs Mémoires publics que d'écrire...
Page 39 - H, qui avoit fait il n'y avoit pas long-temps un voyage en France, l'homme le mieux fait qu'on pût voir, redoubla pendant ce voyage les jalousies de Monsieur : mais Madame, qui étoit pour lors la médiatrice des deux rois, fort aimée de l'un par inclination, et fort sûre de l'autre parce qu'il avoit besoin d'elle, ne s'en embarrassa guère. Elle revint jouir à Saint-Cloud de la beauté de la saison et de la (i) II s'agit ici du voyage que Louis xiv fit sur la frontière au printemps de l'année...

Bibliographic information