Un prédicateur populaire dans l'Italie de la Renaissance: Saint Bernardin de Sienne 1380-1444

Front Cover
E. Plan, Nourrit et Cie, 1897 - 332 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page iv - L'auteur et les éditeurs déclarent réserver leurs droits de reproduction et de traduction en France et dans tous les pays étrangers, y compris la Suède et la Norvège. Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (section de la librairie) en octobre 1898.
Page 190 - Le Prediche Volgari di San Bernardino da Siena dette nella piazza del Campo I'Anno MCCCCXXPII, ora primamente edite da Luciano Banchi.
Page 17 - ... j'aie jamais fait; c'était avant que je fusse Frère. Il me vint une résolution de vouloir vivre comme un ange et non pas comme un homme. Je pensai à. m'établir dans un bois, et je commençai à me dire à moi-même : « Que feras-tu dans un bois? Que mangeras-tu? » Je me répondais :
Page 193 - Alors, il en profitait pour faire pénétrer dans leur esprit des vérités sérieuses et utiles '. Un jour, il venait de déclamer contre la malice des femmes; et comme plusieurs de celles qui se trouvaient là commençaient à se révolter : « Voulez-vous maintenant, dit-il, que je vous parle de la femme honnête ? Je vais vous parler de cette vieille, que j'aperçois endormie.... Pour Dieu, si quelqu'un a une épingle, qu'il la réveille : ceux qui dorment au sermon se gardent bien de dormir...
Page 60 - As -tu commis quelque péché? Cela ne regarde que Dieu et toi. Va prier. Mais, devant moi et devant tes frères, aie toujours une mine saintement joyeuse; car il ne convient pas, lorsqu'on est au service de Dieu, de montrer un air maussade et refrogné.
Page 276 - Qu'un tel endroit fût désormais le séjour de misérables Frati, il s'en indignait comme d'une profanation, faisait des pieds et des mains, à Rome, pour obtenir une interdiction, et invectivait avec colère...
Page 247 - il leur répondait : « Dieu vous enlève vos aumônes! Voulez-vous que Dieu me fasse mourir de faim? Je vis de la guerre, comme vous vivez d'aumônes.
Page 43 - ... et pratique. Ces épicuriens n'étaient pas une nouveauté en Italie; cent ans auparavant, Benvenuto d'Imola les déclarait « innombrables », et, dans la terrible plaine, remplie de sépulcres entr'ouverts, où Dante plaçait les hérétiques, il nous montrait d'abord les « sectateurs d'Épicure qui font mourir l'âme avec le corps. che l'anima col corpo morta fanno ». Depuis Dante, le mal s'était aggravé : chez les épicuriens du (1) Témoin les portes en bronze do la basilique de Saint-Pierre,...
Page 206 - Le glaive affilé de l'argumentation subtile n'a point de pouvoir sur les laïques. A la science des Écritures, sans laquelle on ne peut faire un pas, il faut joindre des exemples encourageants, récréatifs, et cependant édifiants.
Page 51 - ... mal possible et s'appliquaient à transmettre aux générations nouvelles l'héritage de leurs inimitiés, de leurs ressentiments, de ce qu'on pourrait appeler leurs vendette. Chaque parti avait ses insignes qu'il arborait comme une provocation au parti adverse. L'un prenait le lion pour emblème, l'autre l'aigle : c'était dès lors une sorte de défi assez fréquent de peindre sur sa maison le lion humilié sous l'aigle, ou réciproquement. Des insignes étaient placés jusque (1) La remarque...

Bibliographic information