Fors de Béarn, législation inédite du 11.me au 15.me siècle: avec traduction en regard

Front Cover
É. Vignancour - Béarn (France) - 331 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - ... dédale obscur et tortueux dont l'entrée semblait interdite au plus grand nombre, et dans lequel les hommes les plus éclairés s'égaraient, » comme disait François Ier (lit de justice de 1518).
Page 23 - Béarn , on doit payer svmier de tout sanglier mule ou femelle, c'est-àdire le quartier de devant , parce qu'il vaut plus que tout autre quartier de la bête mâle ou femelle; pour raison de laquelle plus grande valeur et pour son profit le Seigneur l'ordonna ainsi anciennement, sur le consentement des gens de la terre de Béarn. (1) Semer ou Symier était un droit, que tout chasseur était obligé de payer au Seigneur de la terre sur laquelle il avait pris un sanglier , un cerf ou un chevreuil...
Page 2 - Auvergne ; ils allèrent le quérir et le firent Seigneur deux ans ; et après, il se montra trop orgueilleux et ne voulut les tenir en fors...
Page lvi - Au nom de Dieu , on ne doit pas trouver étrange que , suivant le changement des temps, les statuts changent, lorsqu'il y paraît utilité et...
Page xliii - D'autres fois, ce sont des exemptions partielles de dons gratuits, de corvées d'hommes ou de bêtes , de logement. Gaston sans doute avait observé combien l'Italie était florissante depuis que ses villes étaient libres; les croisades avaient mis les princes chrétiens à portée de reconnaître les avantages de cette institution.
Page xlviii - Ildefonse, roi d'Aragon, comte de Barcelonne, marquis de Provence, de toute la terre de Béarn et de Gascogne que je possède ou dois avoir, en telle sorte que moi et toute ma race, tenions et relevions ladite terre de vous et de vos successeurs à jamais, et que pour raison de cette terre nous soyions vos...
Page 3 - Bearn que ed los sera fideu senhor, et que judyara ab lor dreylureraments, et que no los fara prejudici. Et apres egs debin jurar a luy queu seran fidels, et queu thieran per senhor, per judyament de la cort FOR D'OLORON.
Page 125 - Marca. on doit considérer, comme son préliminaire essentiel , l'acte d'affranchissement de l'année 1101, par lequel Gaston III établit la franchise de la cité , dans les termes suivants : « Moi , Gaston , vicomte de Béarn , pécheur, » pour le salut de l'âme de mon père, de ma mère, » pour le mien et celui de mon épouse, de mes fils et » filles, et de tous mes parents présents, passés et futurs, «j'affranchis la ville de Morlàas en l'honneur de Dieu, » de saint Pierre de Cluny...
Page 2 - eux , et envoyèrent deux prudhommes de la • terre pour demander un de ces enfans pour leur • seigneur; et quand ils furent là, ils allèrent les «voir, et les trouvèrent tous deux endormis, l'un • mains fermées, et l'autre mains ouvertes; et ils » s'en vinrent avec celui qui avait les mains ou
Page 1 - Mais après, comme il ne voulut pas les tenir en fors et en coutumes, la cour de Béarn s'assembla alors à Pau, et le requit de les tenir en fors et en coutumes, et il ne le voulut faire, et alors ils l'occirent en la cour.

Bibliographic information