Le parlement de Bourgogne: depuis son origine jusqúa sa chute ; précédé d'un comme capitale de cette ancienne province, Volume 3

Front Cover
J. E. Rabutot, 1864 - Legislative bodies
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 260 - Tous les jansénistes, de dogmes ou de parti, ceux-ci trèsnombreux et les autres assez rares , ont fait éclater leur joie , sans faire attention que , ne tirant leur existence que du combat contre leurs ennemis , ils vont tomber dans l'oubli. Le peuple , proprement dit , n'a pris aucun intérêt à cet événement. D'autre part...
Page 370 - II n'est point d'écart auquel mon parlement de Paris ne se soit livré depuis une année. > Non content d'élever l'opinion de chacun de ses membres au niveau de ma volonté, il a osé faire entendre qu'un enregistrement auquel il ne pouvait être forcé , était nécessaire pour confirmer ce que j'aurais déterminé, même sur la demande de la nation. » Les parlemens de province se sont permis les mêmes prétentions, les mêmes entreprises.
Page 260 - Roi, je doute fort que les autres Parlements , excepté celui de Rouen , eussent suivi l'exemple de Paris. Je ne crains pas d'assurer (et j'ai vu les choses d'assez près), que les Jésuites avaient, et ont encore , sans comparaison , plus de partisans que d'adversaires. La Chalotais et Monclar ont seuls donné l'impulsion à leurs compagnies. Il a fallu faire jouer bien des ressorts dans les autres. Généralement...
Page 91 - Roi qui déjà le traitait en rebelle et voulait qu'il demandât grâce, il lui fît cette réponse que l'antiquité n'eût pas désavouée et que la tradition a maintenue jusqu'à nos jours : Sire , je ne m'agenouille que devant Dieu, mon maître et le vôtre. En butte à des reproches menaçants, sa conduite ne démentit pas son caractère, et son caractère se retrempa dans les dédains dont des courtisans avides de plaire voulurent l'accabler. Sa disgrâce et celle de plusieurs membres de la...
Page 105 - ... ce grand dessein aussitôt exécuté que conçu, à cette glorieuse activité qui tout d'un coup fait paraître Votre Majesté où elle était le moins attendue, au pouvoir de votre renommée et à la grandeur de votre courage, qui ont étonné et soumis dans un moment des peuples opiniâtres et indomptés dans des murs bâtis par Charles-Quint pour leur servir de remparts éternels contre la bravoure des Français, et, enfin, à cette surprenante et presque incroyable conquête dont le dessein,...
Page 180 - Maleteste, que pendant sa jeunesse, quand il rentrait du Palais, il faisait un tour dans sa bibliothèque qui était immense, n'y restât-il qu'un quart d'heure avant le dîner. Lorsqu'il s'habillait, et je l'ai vu, il avait des pupitres, des livres que des chevilles tenaient ouverts ; il y jetait les yeux en attachant ses boutons. Il me répétait souvent une maxime qui est de la plus grande vérité (je ne l'ai pas bien observée) c'est qu'on peut donner à ses plaisirs tout le temps qu'ils nous...
Page 260 - Le parlement, auteur ou instrument de leur ruine , en a hautement triomphé. L'université, qui recueille leurs dépouilles, le corps des gens de lettres, quoique la plupart leurs élèves, mais que la société , ne pouvant les asservir , avait décriés et cherchait à rendre suspects sur la religion, ont applaudi.
Page 374 - ... le cas où la force , en dispersant la cour, la réduirait à l'impuissance de maintenir par elle-même les principes contenus au présent arrêté , ladite cour déclare qu'elle en remet...
Page 158 - ... rivalité d'honneur entre les deux Compagnies souveraines de la province datait, comme nous l'avons dit dans l'Introduction de cet ouvrage, de leur organisation. Un trait piquant arrivé au milieu du grand régne avait exercé aux dépens de ces Corps la verve dijonnaise, toujours prompte à s'amuser de ces susceptibilités de l'amour propre. C'était à propos d'un service célébré à la Sainte-Chapelle en l'honneur de la reine Anne d'Autriche, mère du Roi régnant. Les membres de la Cour...
Page 208 - Les ornements des autels, les vases sacrés, la messe et jusqu'à la sainte hostie avaient servi d'instruments à ces scandales suivis d'abominables folies, qui donnèrent lieu à l'arrestation d'une foule de personnes de tout âge, de tout sexe et de toute condition. Bertrand Guillardot, dit Rostaing, vicaire de Gergy, condamné le 3 avril 1743 à être brûlé vif pour séduction envers ses pénitentes, vols, faux, et pour avoir écrit de sa main un livre infâme intitulé : L'Art magique , contenant...

Bibliographic information