Notice des antiquités assyriennes, babyloniennes, perses, hébraiques, exposées dans les galéries du Musée du Louvre

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 119 - Céri, leur ressemblance avec celles de Larnaca est extrême; car on y trouve des cavaliers dans la même attitude, des guerriers à pied armés de lances et de boucliers ronds, des oiseaux qui volent au-dessus de ces figures; enfin, des arbres et des plantes alternant avec les personnages. « Tous les doutes que l'on avait pu concevoir sur l'origine asiatique et la haute antiquité des vases d'Agylla s'évanouissent à la vue des coupes de Larnaca trouvées avec un grand monument de la sculpture...
Page 114 - Personnage nu, imberbe, les reins entourés d'un subit gaculum, posant le pied gauche sur le corps d'un griffon ailé qu'il a saisi par une de ses aigrettes, et qu'il perce de son épée. Le griffon, ainsi attaqué, soulève ses pattes de derrière à la hauteur de la télé de son ennemi.
Page 117 - ... le cartouche d'un Thoutmès de la dix-huitième dynastie. Dans une large frise qui borde la coupe , on voit douze groupes exécutés en relief assez fort. C'est d'abord Hercule couvert de la dépouille du lion luttant contre un grand lion qui se dresse devant lui (répété deux fois).
Page 31 - ... de laquelle pendent de longues franges. Les bras et les poignets sont ornés de bracelets ; aux épaules sont fixées deux ailes dont l'une est abaissée. Ce personnage tient de la main droite une pomme de pin et de la gauche une corbeille tressée.
Page 117 - Nord; devant le roi un épervier ou un aigle qui vole; au-dessus un disque solaire ailé. Derrière ce groupe, un homme barbu, la tête ornée de deux plumes, tenant une lance de la main droite, et de la gauche un arbre, porte sur l'épaule droite un cadavre couvert d'une cotte de mailles, dont les bras et la longue chevelure pendent en arrière. « La frise étroite qui entoure le médaillon central que nous venons de décrire représente cinq sphinx ailés à tête humaine, posant une patte antérieure...
Page 116 - L'un d'eux est nu et imberbe, les deux autres sont barbus et vêtus de longues tuniques. Ils représentent des peuples conquis, ou peut-être l'Orient, le Sud et le Nord; devant le roi un épervier ou un aigle qui vole; au-dessus un disque solaire ailé. Derrière ce groupe, un homme barbu, la...
Page 118 - Senefrou et Souphis de la quatrième dynastie, le roi Sahoura de la cinquième et le roi Phiops de la sixième dynastie. Mais dans ces monuments, les rois tiennent à la main une lance et non pas un arc, arme que portent les princes de la dix-huitième et de la dix-neuvième dynastie.
Page 117 - C'est d'abord Hercule couvert de la dépouille du lion luttant contre un grand lion qui se dresse devant lui (répété deux fois). « Puis le personnage imberbe perçant de son épée un...
Page 119 - Sorlingues, ont introduit des ouvrages de l'art asiatique en Italie. « L'origine orientale des coupes d'argent doré, découvertes en Italie, peut être considérée comme démontrée; en premier lieu par la découverte de Larnaca et, tout récemment encore, par la trouvaille qu'a faite, sur les bords du Tigre, M. Layard, le savant explorateur de Nemrod.
Page 118 - ... dix-neuvième dynasties. Ces derniers, en attaquant fréquemment les habitants de la Mésopotamie, ainsi que nous le prouvent les inscriptions hiéroglyphiques, avaient dû laisser sur les bords du Tigre et de l'Euphrate une haute idée de leur puissance, et les rois d'Assyrie auront emprunté à leurs redoutables voisins un type qui exprime si énergiquement la force et la victoire.

Bibliographic information