Oeuvres de M. Auguste Guillaume de Schlegel écrites en français, Volume 1

Front Cover
Weidmnn, 1846
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 196 - L'erreur a pénétré partout : la main de l'homme' se reconnaît à côté de l'œuvre divine. Mais cette imperfection de tous les cultes ne change rien à ma situation personnelle : elle ne m'empêche pas de reconnaître que je dois chercher à m'éclairer sur mes rapports avec Dieu, sous peine de me lancer dans l'éternité sans guide et sans boussole. J'examine donc l'Évangile comme s'il était adressé à moi seule; car le débat, après tout, est entre Dieu et mon âme ; les erreurs des autres...
Page 30 - Il ne tachera plus le cristal de ton onde, Le sang rouge du Franc, le sang bleu du Germain; Ils ne crouleront plus sous le caisson qui gronde, Ces ponts qu'un peuple à l'autre étend comme une main ! Les bombes et l'obus, arc-en-ciel des batailles, Ne viendront plus s'éteindre en sifflant sur tes bords; L'enfant ne verra plus, du haut de tes murailles, Flotter ces poitrails blonds qui perdent leurs entrailles, Ni sortir des flots ces bras morts!
Page 198 - ... pour ceux qui ont connu la duchesse de Broglie, à cause des révélations sur elle-même, bien plus que par la force d raisonnement. Elle dit par exemple : « Je sais, et par expérience, que l'âme peut souffrir plus que tous les tourments du corps, si elle se trouve vide, dépouillée, privée des objets qui lui plaisent et ne pouvant rien aimer de ce qui l'entoure. " Quel aveu ! Le plus étrange, c'est que c'est son mari et sa famille qui viennent de faire imprimer séparément cette lettre,...
Page 94 - Là-bas, un autre fou, roi de nouvelle date, Se pavane et s'encense en vainqueur du Croate; Mais, bourgeois gentilhomme, il prétend être intrus Chez ces vieux souverains, si fiers et si bourrus; Un refus à sa suite attire une bataille. De tous ses ennemis le scélérat se raille; Mais, devenu vieux loup, n'ayant griffes ni dents, Ses voisins sont en paix à l'abri de ses ans, A moins que le démon qui l'obsède et l'inspire Ne verse encor sur eux les flots de sa satire. Dans la proximité des...
Page 8 - Au milieu d'autres occupations je profitai avec empressement de cette occasion de communiquer aux connaisseurs quelques-unes de mes idées, placées pour ainsi dire en regard de celles de l'auteur dont je pouvais adopter une grande partie. Je transmis mon mémoire au Journal des Débats, dans les feuilles duquel il parut successivement , divisé en cinq articles (1 833 ... 1 834).
Page 30 - Roule libre et superbe entre tes larges rives, Rhin, Nil de l'Occident, coupe des nations! Et des peuples assis qui boivent tes eaux vives Emporte les défis et les ambitions...
Page 197 - J'ai fait beaucoup de mal et. point de bien. » — Point de bien véritable, de bien pur, de bien dont l'amour de Dieu et de mes semblables ait été le mobile, sans retour de vanité et d'égoïsme. Mon ami, avec une telle conviction je ne veux pas aborder, sans sauveur, la rive de l'éternelle...
Page 197 - Quant à la doctrine de l'Évangile, lorsqu'aucune preuve extérieure ne m'attesterait sa vérité, je l'admettrais par sa conformité avec les besoins de mon âme , parce que j'en reconnais la nécessité morale. Ma conscience me condamne en face de la loi divine. Je l'ai violée sur plusieurs points; je n'en ai accompli aucun comme il doit l'être, en esprit et en vérité. Je répète, sincèrement et sans fausse humilité, la confession de ce chef sauvage converti à l'Évangile : « J'ai fait...
Page 192 - ... sollicitations ne m'aient pas manqué. Au contraire, à mesure que mon frère Frédéric faisait des pas en avant, je rebroussais chemin. Je n'ai qu'à me reprocher ma trop longue indulgence: mais je l'ai expiée par un des plus amers chagrins de ma vie. Ce fut le divorce des âmes. Révolté du...
Page 195 - ... nous. Il est certain, cher ami, que ce serait un grand bonheur pour moi , de vous voir partager mes convictions. Ce vœu a dû percer dans mes lettres, en effet; mais en quoi pourrait-il vous blesser? Comment ne pas désirer faire partager à ceux que j'aime, la paix , le bonheur que j'ai trouvé ? Comment puis-je me croire en possession de la vérité éternelle, sans vouloir la communiquer? Mais il est vrai que les forces me manquent pour arriver à ce résultat. Que vous dirais-je, en effet,...

Bibliographic information