Lais et descorts français du XIIIe siècle: texte et musique

Front Cover
H. Welter, 1901 - Lays - 171 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 6 - S'amors m'esprent et atise, Qui enz el cuer m'est entree. VIII. El regarder m'obliai, Tant qu'ele s'en fu alee. Deus! tant mar la resgardai, Quant si tost m'est eschapee, Que ja mais joie n'avrai, Se par li ne m'est donee!
Page 8 - Ma tres douce dame honoree, Je ne vos os nes proier; Cil est mout fols qui si haut bee Ou il nen ose aprochier.
Page 8 - Qan k'ele li vuet merir; Au repentir Ne doit panser, C'om puet bien, tot a loisir, Son boen desir A point mener. Endroit de moi criem morir Meuz que garir Par bien amer.
Page 58 - ... qu'ils étaient exécutés au lieu de traduire simplement la notation imparfaite du moyen âge , nous avons cru devoir suivre cette notation , afin de constater l'exactitude de la transcription. CHANT D'AALIS. En sospirant trop de parfont attendrai le confondement ke les grans destreces me font ken mon cuer font lor fondement, et li pen-sers ki me confont, par quoi sos-pir par-fou-dement.
Page 8 - D'embracier vostre cors gent, S'amors ne m'en fait aie, J'en morrai coiteusement. Amors ne m'en faudrat mie, Car je 1'ai trop bien servie Et ferai tote ma vie Senz nule fause pansee. Preuz de tote gent loee Plus que nule qui soit nee, Se vostre amors m'est donee, Bien iert ma joie doublee.
Page 8 - ... .s'en vivrai» plus longemant; moins en avrai de torment. Bêle, j'ai si grant envie 50 d'embracier vostre cors gent, s'Amors ne m'en fait aie, j'en morrai coiteusement. Amors ne m'en faudrat mie, car je l'ai trop bien servie et ferai tote ma vie, 55 senz nule fause pansée.
Page xxi - ... (20) mais Pierre Aubry avait suggéré davantage en écrivant : « A en juger par la musique seule, il semble bien que, si d'une manière générale, nous admettons l'hypothèse du lai celtique à l'origine du nôtre, ce soient plutôt les lais de la deuxième catégorie, les lais d'Ernoul le Vieux et les lais anonymes, incomplètement notés, qui soient les plus voisins du type primitif : peut-être même ces mélodies si simples, si faciles des lais anonymes sont-elles un écho lointain des...
Page iii - XIII* siècle. M. Jeanroy pense que le lai-descort « a été à l'origine destiné à peindre et pour ainsi dire à figurer matériellement, par l'incohérence de sa forme, non point seulement les angoisses de l'amour, ce qui le distinguerait médiocrement de la chanson, mais le trouble le plus extrême et une sorte de déséquilibrement produit par la rapide succession de sentiments contraires. » Cela nous paraît peu vraisemblable, vu le sentiment exprimé dans nos lais, qui a bien ce caractère...
Page 57 - Je vi que trop coarder m'i porroit molt bien grever, car qui se bée a joer doit bien lessier le jangler. 65 Lors la pris a conforter et a besier son vis cler; conment qu'alast l'assenbler, la fin fist bien a loer. Tout par amor et par doucor 70 et par savor de taster lessa le plor et la dolor et du pastor le parler. D'erbe de plor de pinnentor m'estut ce jor a joer. 75 tant fui seignor de bone amor, ne m'en puis asses loer. Ele me dist au chief du tor 'sire, se j'ai fet ma folor, je vos pri par...
Page 6 - La vi celé matinée Juer et solacier ; Ja par moi n'iert obliee, Car bien sai, senz cuidier, Ja si bêle n'iert trovee. Lez un rosier s'est assise La très bêle et la sennee ; Ele resplant a devise Com estoile a l'anjornee ; S'amors m'esprent et atise Qui enz el cuer m'est...

Bibliographic information