Journal historique: ou, Mémoires critiques et littéraires sur les ouvrages dramatiques et sur les evenemens les plus memorables, depuis 1748 jusqu'en 1772, inclusivement, Band 3

Cover
Imprimerie bibliographique, 1807
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 92 - Qui charmait la ville et la cour : Femme infidèle , et maîtresse accomplie. L'Hymen et l'Amour n'ont pas tort, Le premier de pleurer sa vie , Le second de pleurer sa mort (i).
Seite 419 - Les femmes d'ailleurs ont tellement pris le dessus chez les Français, elles les ont tellement subjugués, qu'ils ne pensent plus et ne sentent plus que d'après elles.
Seite 524 - Je ne connais aucun ouvrage aussi ennuyeux que ce Fils naturel. Le sermon le plus maussade n'est point aussi insipidement ennuyeux. Le Père de famille est bien mauvais, assurément, mais le Fils naturel l'est encore davantage! Quand on aurait pris à tâche, dans ces deux coquineries, de mettre des...
Seite 189 - ... car j'ai vu ce pauvre diable , il ya cinq ou six ans, logé dans un grenier obscur, dans lequel on n'auroit point voulu nicher un domestique que l'on eût un peu considéré. J'imagine que les autres secours qu'on lui donnoit , étoient pleins de pareils dégoûts. Je sais qu'il n'avoit point affaire à des gens délicats , mais je crois en même temps qu'il y étoit assez insensible.
Seite 224 - Eh, monsieur! prenez l'argent qui m'est destiné! ll ne laisse que 80,000 livres de dettes, qu'il a prié le roi de faire acquitter. Quel trésor c'eût été pour la France que le gouvernement de ce prince économe! d'autant que son économie étoit vraie; qu'elle n'avoit point sa source dans le sentiment méprisable d'un cœur avare ; au contraire, M. le dauphin étoit de la plus grande noblesse , et de la générosité la moins équivoque. Le fait que je vais rapporter en sera la preuve complète....
Seite 189 - Des sots, dit Collé, auraient pu le prendre pour une bête, et les gens d'esprit n'en ont jamais tiré grand parti : il n'avait de l'esprit que quand il écrivait, il ne l'avait point en argent comptant, comme disait M. de Marivaux. Il était rêveur et distrait, avait un rire niais, et la conversation d'un enfant.
Seite 337 - Bon dieu ! qu'il est pesant dans sa légèreté ! Que ses petits écrits ont de longues préfaces ! Ses fleurs sont des pavots , ses ris sont des grimaces ; Que l'encens qu'il prodigue est fade et sans odeur ! C'est, si je veux l'en croire, un heureux petit-maître; Mais si j'en crois ses vers , oh ! qu'il est triste d'être Ou sa maîtresse, ou son lecteur.
Seite 505 - D'Aumont, voilà ton portrait : De ta petite existence Content jusqu'à l'insolence, Tu crois que sans indulgence On doit te trouver parfait, Qu'as-tu fait de ta prudence, Condé, dans cette occurrence? De ton nom, cher à la France, Tu viens de ternir l'éclat ; Abandonne la partie, Efface l'ignominie, Viens défendre la patrie, Rends un héros à l'État.
Seite 121 - Tous ceux qui ont travaillé avec lui étoient obligés d'étrangler leurs sujets, de manquer leurs poèmes, de les défigurer, afin de lui amener des divertissements, il ne vouloit que de cela. Il brusquoit les auteurs à un point qu'un galant homme ne pouvoit pas soutenir de travailler une seconde fois avec lui; il n'ya eu que le Cahuzac qui y ait tenu ; il en avoit fait une espèce de valet de chambre parolier; la bassesse d'âme de ce dernier...
Seite 331 - M. Lesage. Après s'être moqué des homélies de la vieillesse de l'archevêque de Grenade, M. Lesage en a fait lui-même à la fin de sa vie; j'espère, moi, que cela ne sera pas ma manière de radoter, j'en aime mieux une autre.

Bibliografische Informationen