Histoire de l'armée et de tous les régiments depuis les premiers temps de la monarchie française jusqu'à nos jours, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 310 - Elle nous place entre le déshonneur et la guerre : le choix ne saurait être douteux. Marchons donc en avant! Passons le Niémen, portons la guerre sur son territoire! La seconde guerre de Pologne sera glorieuse aux...
Page 464 - J'en appelle à l'histoire : elle dira qu'un ennemi qui fit vingt ans la guerre au peuple anglais, vint librement, dans son infortune, chercher un asile sous ses lois. Quelle plus éclatante preuve pouvait-il lui donner de son estime et de sa confiance...
Page 432 - Les puissances alliées ayant proclamé que l'empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l'empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, même celui de la vie, qu'il ne soit prêt à faire à l'intérêt de la France.
Page 158 - Soldats, lorsque tout ce qui est nécessaire pour assurer le bonheur et la prospérité de notre patrie sera accompli, je vous ramènerai en France : là, vous serez l'objet de mes plus tendres sollicitudes. Mon peuple vous reverra avec joie, et il vous suffira de dire : « J'étais à la bataille d'Austerlitz ! » pour que l'on vous réponde :
Page 129 - République, à la conservation de son territoire dans son intégrité, à la défense de son gouvernement, de ses lois, et des propriétés qu'elles ont consacrées ; de combattre par tous les moyens que la justice , la raison et les lois autorisent, toute entreprise tendant à rétablir le régime féodal, à reproduire les titres et qualités qui en étaient l'attribut; enfin de concourir de tout son pouvoir au maintien de la liberté et de l'égalité.
Page 414 - Quoi! leur dit -il avec vivacité, » vous voulez que je signe un pareil traité , et «que je foule aux pieds mon serment ' ! Des re» vers inouïs ont pu m'arracher la promesse de » renoncer aux conquêtes que j'ai faites; mais que » j'abandonne aussi celles qui ont été faites avant «moi; que je viole le dépôt qui m'a été remis «avec tant de confiance; que, pour prix de tant » d'efforts , de sang et de victoires , je laisse la » France plus petite que je ne l'ai trouvée : jamais! «Le...
Page 463 - Je proteste solen«nellement ici , à la face du «ciel et des hommes, contre la «violence qui m'est faite, con«tre la violation de mes droits «les plus sacrés, en disposant par «la force de ma personne et de «ma liberté. Je suis venu libre
Page 339 - Investi* de tous côtés , Napoléon ne perd pas la tête : il trompe par des démonstrations habiles les généraux qui lui sont opposés , et glissant 'pour ainsi dire entre les armées qui s'apprêtent à fondre sur lui, il exécute son passage sur un point bien choisi, où tout l'avantage du terrain se trouve de son côté. Le mauvais état des ponts , dont il ne dépendait pas de lui d'amé(i) Voir l'Histoire de la Campagne de Russie, par le colonel Boutourlin, tome II, page 383.
Page 126 - C'est une institution politique qui place dans la société des intermédiaires par lesquels les actes du pouvoir sont traduits à l'opinion avec fidélité et bienveillance, et par lesquels l'opinion peut remonter jusqu'au pouvoir.
Page 147 - Soldats , ce succès est dû à votre confiance sans bornes dans votre Empereur, à votre patience à supporter les fatigues et les privations de toute espèce, à votre rare intrépidité. « Mais nous ne nous arrêterons pas là : vous êtes impatiens de commencer une seconde campagne.

Bibliographic information