Voyage en Arménie et en Perse: fait dans les années 1805 et 1806, par P. Amédée Jaubert ... Accompagné d'une carte des pays compris entre Constantinople et Téhéran, dressée par M. le chef d'escadron Lapie, suivi d'une notice sur le Ghilan et le Mazenderan, par M. le colonel Trézel ...

Front Cover
Pélicier, 1821 - Middle East - 506 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 237 - Khoraçan, et parvint à faire reconnaître généralement son autorité. Il fit venir à sa cour un grand nombre de personnages de marque, qui, pendant que je me trouvais à Téhéran, étaient encore retenus dans cette capitale et obligés, chaque jour , de se présenter devant le Chah.
Page 78 - Ces peuples, soit qu'ils mènent une vie sédentaire ou qu'ils errent dans les campagnes, se prétendent issus des Mongols et des Uzbeks, dont les irruptions soudaines ont si souvent troublé l'Asie. Mais la grandeur et la beauté de leurs yeux, leur nez aquilin, la blancheur de leur teint et l'élévation de leur taille, démentent cette origine tartare.
Page 246 - Perse, qu'il est charrié par les eaux de pluie dans les basFonds; ce qui fuit que partout où les eaux séjournent l'hiver , le terrain devient salé. Tous les lacs de ce pays sont salés; tous les grands amas d'eau le deviennent de même au bout de quelques années. Les étangs qu'on a formés en divers endroits , dans les vallons ou dans les gorges des montagnes, deviendraient également salés si le besoin d'eau pour l'arrosement des terres ne les faisait vider chaque année. « Toute la Perse...
Page 78 - Turcs , en ce que leurs habits sont plus légers , quniqu'a peu près de la même forme, qu'ils les recouvrent d'un grand manteau de poil de chèvre noir, et qu'au lieu d'un turban, ils portent un long bonnet de drap rouge, entouré d'un châle de soie rayé de couleurs tranchantes; une infinité de glands de soie .sont attachés à l'un des bouts du bonnet, qui retombe fort bas sur les épaules. Cette coiffure leur sied très-bien. Ils se rasent la tête et portent des moustaches; les vieillards...
Page 79 - ... qui signifie biens, fortune, richesses, sert-il plus spécialement à désigner des troupeaux. « Les exercices militaires sont pour les Kurdes le principal amusement. Ils aiment beaucoup les contes, et ils composent des chansons qui ont pour sujet ou des amours licencieux ou des combats, ou des événements mémorables et tragiques.
Page 320 - ... par obéissance ou pour changer de maître, mais non pour la liberté , mot qui n'a point d'équivalent dans leur langue ; ils flattent sans pudeur l'homme puissant qui les opprime, et mettent souvent en pratique cette maxime odieuse, qui est devenue proverbiale chez eux : « Baise la main que tu ne peux couper. » A leurs yeux, le droit n'est rien, la force est tout. Le succès justifiant toujours l'entreprise , ils comptent pour peu de chose le choix des moyens ; la perfidie, la trahison, le...
Page 82 - Enfants, dit le vieillard, ayez soin de notre hôte : l'étranger est un présent de Dieu. Que rien ne lui manque ni à ses gens. Songez aussi aux montures, ce sont les vaisseaux du désert : et toi, voyageur, sois le...
Page 79 - ... turban, ils portent un long bonnet de drap rouge, entouré d'un châle de soie rayé de couleurs tranchantes; une infinité de glands de soie .sont attachés à l'un des bouts du bonnet, qui retombe fort bas sur les épaules. Cette coiffure leur sied très-bien. Ils se rasent la tête et portent des moustaches; les vieillards seuls laissent croître leur barbe. « Les Kurdes excellent à manier la lance et à monter à cheval (*). La principale occupation des nomades consiste...
Page 151 - ... de la fraîcheur. Un jeune Persan, qui vint m'entretenir en attendant que les chefs du village parussent, me présenta un compliment en vers qu'il avait composé sur notre heureuse arrivée. ,Le style, quoique passablement ampoulé, m'en parut assez pur, et je fus étonné de trouver dans un si petit village tant d'instruction, de prévenances et d'urbanité. Mais je n'oubliai pas que , d'après un proverbe persan , la politesse est une monnaie destinée à enrichir non point celui qui la reçoit,...
Page 229 - ... satin blanc brodé en perles , vêtu d'une « robe de même étoffe sur laquelle retombait la longue « barbe de ce prince. Des paremens formés par un tissu de « perles bordé de rubis et semé de roses •ou de pierres de «couleur, remontait presque jusqu'aux coudes. Les épau« lettes et la moitié du corps de la robe étaient couverts

Bibliographic information