Histoire du Mont Saint-Michel et de l'ancien diocèse d'Avranches

Couverture
1838
1 Commentaire
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Tome I + Tome II

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 321 - D'Ulysse fugitif semblaient suivre la trace , Elle croit voir encor son volage héros ; Et , cette illusion soulageant sa disgrâce , Elle le rappelle en ces mots , Qu'interrompant...
Page 324 - C'était sûrement la première fois que ces voûtes retentissaient de cris de joie. Au milieu de tout ce tumulte, je fus frappée de la figure triste et consternée du suisse du château, qui considérait ce spectacle avec le plus grand chagrin. Je fis part de ma remarque au Prieur, qui me dit que cet homme regrettait cette cage, parce qu'il la faisait voir aux étrangers. M. le duc de Chartres donna...
Page 280 - RPR ont embrassé la catholique ; et d'autant qu.au moyen de ce, l'exécution de l'édit de Nantes et de tout ce qui a été ordonné en faveur de ladite RPR demeure inutile, nous avons jugé que nous ne pouvions rien faire de mieux, pour effacer entièrement la mémoire des troubles, de la confusion et des maux que le progrès de cette fausse religion a causés dans notre...
Page 161 - Anglois, et furent reboutez jusques bien près de la porte , et y en eut bien trente que morts que prins. Et comme monseigneur de Rostrenen vouloit descendre à pied, arrivèrent environ quatre cent Anglois, dont estoit chef le sire de Fuoastre; et si ne...
Page 150 - L'épée de Guillaume de Verdun vole en éclats ; il s'arme d'une hache et porte des coups terribles. Avec quel courage aussi cet homme, couvert d'armes rouges, fait ranger aux pieds des murailles les troupes Anglaises ! l'épée haute et le visage découvert, il les anime et les ramène au combat.
Page 167 - Prevost , et aucuns de nos gens qui faisoient le guet devant la dicte ville d'Avranches, et les autres se retirerent à la bataille, qui estoit loing de là. Et quand nos gens sceurent que les Anglois...
Page 158 - ... qui leur amenoient les vivres. Et pour ce fut conclu l'assault par grande deliberation de conseil. Et quand ceulx qui estoient au dict assault devers l'estang montoient pour combattre main à main à ceulx de dedans, ils veirent une grande compaignée de gens d'armes qu'on avoit ordonné à faire les courses durant le dict assault : car le comte de Suffolc et le sire de Scales estoient à Avranches. Et ainsi cuiderent nos gens que ce fussent les Anglois, et se commencerent à retirer.
Page 323 - Je les questionnai sur la fameuse cage de fer; ils m'apprirent qu'elle n'était point de fer, mais de bois, formée avec d'énormes bûches laissant entre elles des intervalles à jour de la largeur de trois à quatre doigts. Il y avait environ quinze ans qu'on n'y avait mis de prisonniers à demeure, car on y en mettait assez souvent (quand ils étaient méchants , me dit-on) pour vingtquatre heures ou deux jours, quoique ce lieu fût horriblement humide et malsain...
Page 280 - RPR, en attendant qu'il plaise à Dieu les éclairer comme les autres, demeurer dans les villes et lieux de notre royaume...
Page 161 - Anglois veirent la bataille, ils s'enfuirent en grand desarroy, et en fut prins et tué plusieurs; mais pourre que tout estoit à pied, ne peurent estre si fort chassez comme ils eussent esté, qui eust esté à cheval. Apres que la place fut un peu bien fortifiée, monseigneur le connestable, et le...

Informations bibliographiques