Histoire civile et commerciale de la Jamaïque: suivie du tableau général des possessions anglaises et françaises dans les deux-mondes, et de réflexions commerciales et politiques relatives à France et à l'Angleterre

Front Cover
Rosa, 1818 - Great Britain - 144 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 10 - Après leur avoir fait des reproches très-vifs sur leur dureté, il ajoute d'un ton assuré : « Vous en serez bientôt rudement punis ; le Dieu puissant des Espagnols, que j'adore, va vous frapper de ses plus terribles coups ; pour preuve de ce que je vous dis., vous allez voir, dès ce soir, la lune rougir, puis s'obscurcir et vous refuser sa lumière. Ce ne sera là que le prélude de vos malheurs , si vous ne profitez de l'avis que je vous donne.
Page 97 - ... que , la veille de l'exécution , la colonie était sans défiance. Un perfide , un lâche avertit son maître. On arrêta la nuit suivante les esclaves dans leurs loges. Les chefs furent exécutés dès le point du jour. Le reste se soumit, servit et souffrit. Lorsque les Espagnols furent obligés d'abandonner la Jamaïque à l'Angleterre , ils y laissèrent un assez grand nombre de nègres et de mulâtres , qui , las de l'esclavage , prirent la résolution de fuir dans les montagnes. Ils plantèrent...
Page 106 - Bahama , foit qu'on fe détermine pour le paffage fous le vent. La première de ces deux routes a toute la faveur du vent durant deux cents lieues : mais dès qu'on a doublé le cap Saint-Antoine , on rencontre à l'avant le même vent qu'on avoit à l'arrière.
Page 76 - La troifieme loi tend à favorifer la culture. Lorfqu'un propriétaire de terres n'a pas la faculté de payer l'intérêt ou le capital de fes emprunts , fa plantation eft vendue au prix eftimé par douze propriétaires.
Page 90 - Elle était si peuplée , et si fréquentee par le* négocians et par les habitans, que les maisons s'y louaient aussi cher que dans les rues de Londres les plus propres au commerce. Il y avait peut-être peu de villes dans le monde , où la soif des richesses et des plaisirs , eût réuni plus d'opulence et de corruption.
Page 98 - Les colons marchèrent aux rebelles par différentes routes ; ils détruisi-; jtent la ville de Nauny , que les Noirs avaient bâtie eux-mêmes dans les montagnes Bleues. Les réfugiés furent réduits à se cacher dans des lieux inaccessibles. Après neuf mois de combats , de courses et de massacres , on abandonna enfin le
Page 105 - ... Elle est plus à portée qu'aucune autre île, des différentes échelles du continent d'Amérique , ce qui facilite singulièrement l'interlope immense qu'elle fait avec ce vaste continent , les îles de Cuba et de Saint-Domingue. La multitude et l'excellence de ses rades lui donnent la facilité de lancer des vaisseaux de guerre , de tous les points de sa circonférence •, d'attaquer les vaisseaux qui vont à Cuba et...
Page 82 - Mexique, n'approchent pas des richesses immenses que cette colonie a retirées de ses cultures. Les Anglais , à leur arrivée , avaient trouvé dans cette île la culture du cacao bien établie par les Espagnols. Elle prospéra tant que durèrent les plantations de ce peuple , qui en faisait sa principale nourriture et son négoce unique. On substitua a cette culture , celle de l'indigo.
Page 82 - ... ses établissemens fourniraient. Cette générosité vint trop tard, le mal était fait. Les Jamaïcains, pour obtenir cette gratification, tirèrent cette teinture de Saint-Domingue , et l'introduisirent dans la Grande-Bretagne, comme sortant de leurs plantations. ' * La culture de l'indigo n'était pas' encore abandonnée à la Jamaïque , lorsqu'on y entreprit celle du coton.
Page 102 - ... du poisson. Il ne peut sortir de l'habitation où il sert , sans être accompagné d'un blanc , ou sans une permission par écrit , bien circonstanciée. S'il bat du tambour, ou s'il fait usage de quelque instrument bruyant , son maître est condamne à 2aS livres d'amende.

Bibliographic information