Romania: revue trimestrielle consacrée à l'étude des langues et des littératures romanes

Front Cover
Paul Meyer, Gaston Bruno Paulin Paris, Antoine Thomas, Mario Roques
Société des amis de la Romania, 1878 - Romance literature
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 542 - Jérôme ajoute : « Si c'est un bien de ne pas toucher une femme, c'est donc un mal de la toucher : car nulle chose n'est contraire au bien, si ce n'est le mal. » Quiconque se flatte de savoir discuter une question, sentira la frivolité de cet argument. Car, semblablement, c'est un bien de ne pas manger de viande et de ne pas boire de vin; mais il ne s'ensuit pas rigoureusement que ce soit un mal de manger de la viande et de boire du vin. Et ceux qui en ont absolument condamné l'usage ont été...
Page 237 - Coqz à l'Asne sont bien nommez per leur bon parrain Marot, qui nomma le premier, non Coq à l'asne, mais Epistre du Coq à l'Asne, le nom prins sur le commun proverbe Francoys : saulte du Coq à l'Asne, et le proverbe sur les Apoloques.
Page 166 - Avignon, et à ses derniers moments fit promettre sous la foi du serment à ceux qui l'entouraient de faire transporter son corps à Pothières, afin qu'il y fût enseveli auprès de celui de son épouse. 180. Débats qui s'élèvent après sa mort : le peuple veut absolument garder le corps. On le garda en effet ; mais Dieu fit paraître son mécontentement de ce que les intentions du comte n'avaient pas été accomplies. Une sécheresse qui dura sept années frappa la terre de stérilité, et les...
Page 166 - Miracles accomplis en faveur de Girart. 167. Berte meurt sept ans avant son mari et est enterrée à Pothières. Girart mourut à Avignon, et à ses derniers moments fit promettre sous la foi du serment à ceux qui l'entouraient de faire transporter son corps à Pothières, afin qu'il y fût enseveli auprès de celui de son épouse.
Page 97 - Blondel ; un poète anonyme du xine siècle commence ainsi une de ses chansons : Li chastelains de Couci ama tant Qu'aine por amors nus nen ot dolor graindre; Por ce ferai ma complainte en son chant 3.
Page 4 - En famé qui trop se fet coie Qu'en celle qui demainne joie, Et qui parlanz est et haitiée. La dame estoit molt afaitiée ; Ses sire ot vers li grant amor, Por sa biauté, por sa valor; Et Ventilas molt l'ennoroit, Molt sovent o li sejornoit, Molt par li mostroit bel semblant, Envers li ot amor molt grant : Mes n'ert amor se bone non, Car famé estoit son compaingnon. Li sire esgarda son aler Et son venir et son parler, Dont cremi qu'entre eus deus n'eùst Tel chose qu'avoir n'i deùst : Atant la...
Page 297 - En lieu plaisant pour dechaser l'erreur 340 3i8 menggere — 325 la. S'on me repince et on me tient rigeur, Dictes a ceulx dont leur langue vacile Que je ne crains leur cruelle douleur. Prenés en gré de la Mère de ville. En prenant congé de ce lieu, Une chanson pour dire adieu. Finis.
Page 263 - est trop joué de passe passe; ) II ne fault plus qu'on les menace ' , | Tous les jours ilz se fortifient. • Ceulx qui en promesse se fient Ne congnoissent pas la falace. C'est trop joué de passe passe.
Page 105 - Cornet me on est toujours disposé de se laisser séduire u par l'attrait de la nouveauté, les gens mêmes « les plus sensés et les plus sages applaudirent « à cette proposition. Mais quand on sut que ces « donneurs d'avis n'étaient avoués ni par le roi ni « par les seigneurs de France on ne songea plus « qu'à s'en amuser et à les tourner en ridicules. C'est ainsi que l'éditeur de la chronique de SaintDenis, M. Belleguet traduit le texte latin « Lit « semper consueverunt ptacere que...
Page 234 - ce document émanait d'une abbaye à laquelle Pothières cherchait à faire concurrence ». Et ailleurs (Romania, t. VII, p. 234), il écrit : « On s'explique sans peine que l'auteur de la Vita, tout en mentionnant l'abbaye de Vézelay (§ 77), n'ait rien dit de la translation du corps de la Madeleine : il n'était pas de son rôle de rien dire qui pût contribuer à augmenter la réputation d'un monastère voisin et peut-être rival. » — Rien n'indique que ces deux monastères aient été jamais...

Bibliographic information