Description général de la Chine: contenant, 1.̊ la description topographique des quinze provinces qui forment cet empire, celle de la Tartarie, des isles, & autres pays tributaires ... les productions variées de son sol, & les principaux détails de son histoire naturelle: 2.̊ un précis des connoissances ... sur le gouvernement, la religion, les mœurs & les usages, les arts & les sciences des Chinois

Couverture
Moutard, 1787 - 512 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 311 - Enfuite , il fait venir un Magicien qui, au bruit du tambour, invite l'âme du maître défunt à venir demeurer fous un petit toit qu'on lui a préparé , & où on lui préfente du papier doré , des odeurs & de petites tables couvertes de mets.
Page 306 - On orne fon autel des plus riches étoffes de foie , & l'on y met fa flatue & plufieurs tablettes fur lefquelles fon. nom eft gravé en caractères d'or. Le Sacrificateur éprouve les animaux qu'on doit immoler , en. répandant du vin chaud dans leurs oreilles; fi ces animaux remuent la tête , on les juge propres aux facrifices...
Page 456 - ... dans des mortiers ; et par le moyen de certains leviers qui ont une tête de pierre armée de fer , on achève de les réduire en une poudre très-fine.
Page 305 - Tong-king , où l'on ne trouve au moins un Temple élevé à Confucius. On y voit dans l'endroit le plus honorable , la ftatue de ce Philofophe , environnée de celles de...
Page 295 - Celui qui reçoit la vifite va recevoir à la porte celui qui la rend* Ils joignent tous deux les mains en s'abordant , & fe font quantité de politefles muettes. Le maître de la maifort invite l'autre à entrer en lui montrant la porte.
Page 241 - Miao-ssé, pour défendre leur pays et leur liberté , montrèrent tout ce qu'on peut attendre de la valeur humaine ; les femmes elles-mêmes combattirent avec acharnement. On cite le trait suivant d'une de ces courageuses montagnardes.
Page 425 - ... des filles; l'immutabilité des impôts qui, toujours attachés aux terres, ne tombent jamais qu'indirectement sur le marchand et l'artisan ; le mariage des soldats et des marins ; la politique de n'attacher des idées de noblesse qu'aux emplois , ce qui l'empêche d'être héréditaire, distingue seulement les hommes sans distinguer les familles, et détruit de cette manière le vain préjugé des mésalliances...
Page 382 - Ils célèbrent avec pompe et avec éclat les fêtes instituées pour le culte de leurs idoles et celles qui marquent la fin et le renouvellement de l'année. L'union...
Page 8 - Sang ne paroifîent en public qu'environnés d'un gros de cavalerie ; & comme ils font obligés de fe rendre prefque tous les jours au palais , leur train fuffiroit feul pour embarrafler la ville.
Page 65 - Bonzes ont tracé fur les murs de ce temple plufieurs caractères hiéroglyphiques à la louange de Pouffa. On y voit un tableau hiftorique ou allégorique, peint à frefque, qui repréfente un étang de feu où femblent nager plufieurs hommes, les uns portés fur des monftres, les autres environnés de toutes parts de dragons & de ferpens ailés. On apperçoit au milieu du gouffre un rocher efcarpé, au haut duquel le Dieu eft affîs, tenant un enfant entre fes...

Informations bibliographiques