Journal asiatique, Volume 3

Front Cover
Société asiatique., 1823 - Oriental philology
0 Reviews
Ser. 6, v. 11, 14 and 18; ser. 7, v. 1 and 9, ser. 7, v. 16 and 19, ser. 8, v. 5, 9, 13 and 17 include "Bibliographie ottomane. Notice des livres turcs arabes et persans imprimés à Constantinople durant le période 1281-1307 de l'Hégire" (title varies slightly)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 12 - ... contrées de l'Occident il a visitées. Nous savons par un témoignage digne de foi qu'il est venu dans la Bactriane ; mais il n'est pas impossible qu'il ait poussé ses pas jusque dans la Judée ou même dans la Grèce. Un Chinois à Athènes offre une idée qui répugne à nos opinions, ou, pour mieux dire, à nos préjugés sur les rapports des nations anciennes. Je crois , toutefois , qu'on doit s'habituer à ces singularités, non qu'on puisse démontrer que notre philosophe chinois ait...
Page 14 - De tout tems aussi le commerce a eu ses caravanes ; et, dès la plus haute antiquité , il y avait en Asie des routes tracées qu'on a suivies naturellement jusqu'à l'époque où la découverte du cap de Bonne-Espérance a changé la direction des voyages de long cours. En un mot, on a cru les nations civilisées de l'ancien monde plus complètement isolées, et plus étrangères les unes aux autres qu'elles ne l'étaient réellement, parce que les moyens qu'elles avaient pour communiquer entre...
Page 14 - ... l'hospitalité, qui est la vertu des peuples barbares, dispensait les voyageurs de mille précautions qui sont nécessaires parmi nous. La religion favorisait leur marche , qui n'était, en quelque sorte, qu'un long pèlerinage de temple en temple et d'école en école. De...
Page 5 - Comment se fait-il, par exemple, que ces notions fantastiques, par lesquelles les anciens savaient si bien suppléer au défaut de connaissances géographiques, aient été portées à l'autre extrémité du continent? Les hommes sans tête , qui ont les yeux sur la poitrine ; ceux dont les oreilles sont si grandes, que l'une leur sert de matelas quand ils sont couchés, tandis qu'ils s'enveloppent de l'autre comme d'une couverture ; les amazones , les pygmées et leurs combats avec les grues , les...
Page 9 - L'examen que je fis de son livre, confirma pleinement cette conjecture , et changea du reste toutes les idées que j'avais pu me faire de l'auteur. Comme tant d'autres fondateurs, il était sans doute bien loin de prévoir la direction que devaient prendre les opinions qu'il enseignait, et, s'il reparaissait encore sur la terre , il aurait lieu de se plaindre du tort que lui ont fait ses indignes disciples. Au lieu du patriarche d'une secte de jongleurs , de magiciens et d'astrologues, cherchant...
Page 9 - Avant le chaos qui a précédé la naissance du » ciel et de la terre , un seul être existait , immense » et silencieux, immuable et toujours agissant. C'est
Page 312 - Charopollion le jeune, relative à l'affinité du Cophte avec les langues du Nord de l'Asie et du Nord-Est de l'Europe. Paris, 1823.
Page 304 - Elphinstone, ayimt entendu parler de la ville de Kachghar, dans le nord de la petite Boukharie, et du pays du même nom, situé dans la partie méridionale de cette contrée , n'a pas su autrement combiner ces notions , que de supposer deux Kachghar. Il est cependant bien clair que dans le premier cas il était question de la capitale , et dans le second du pays qu'elle gouverne.
Page 14 - vive lumière éclairait la haute antiquité, mais à peine «quelques rayons sont venus jusqu'à nous. Il nous semble « que les anciens étaient dans les ténèbres , parce que nous « les voyons à travers les nuages épais dont nous venons de «sortir. L'homme est un enfant né à minuit; quand il voit «lever le soleil, il croit qu'hier n'a jamais existé.
Page 207 - J'aperçois d'ailleurs dans l'or un défaut palpable et bien propre à le déprécier, c'est qu'il ne peut être utile dans le besoin qu'en sortant des mains de celui qui le possède. » Honneur à l'homme qui le méprise, honneur à celui qui résiste à son charme trompeur ! » Mais continuons à suivre Attar dans sa narration.

Bibliographic information