Siége et prise de Rouen par les anglais (1418-1419): principalement d'après un poème anglais contemporain

Front Cover
E. Le Gost-Clérisse, 1867 - Rouen (France) - 310 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 38 - ... un renfort par la porte extérieure du château , les bourgeois s'inquiétèrent et consentirent à traiter. Ils livrèrent les assassins du bailli , on fit grâce à tout le reste. Le Dauphin, à la tête de ses hommes d'armes, entra à cheval dans la ville, vint faire sa prière à l'église, puis retourna à Paris, laissant les gens de Rouen dans une obéissance mal assurée...
Page 164 - ... hautaine. Décrié pour les folies de sa première jeunesse, le trône l'avait soudainement transformé. Il étonnait maintenant par sa sobriété, sa rigidité puritaine, la gravité de ses discours et son respect pour les choses saintes. Sa piété n'était pas exempte d'ostentation. Prétendant à l'héritage de la couronne de France , il s'annonçait comme investi d'une mission divine pour châtier et réparer les iniquités des Français. Miséricordieux envers les faibles et ceux qui pliaient...
Page 127 - C'est ainsi qu'on fait chevaucher une année sur l'autre, et qu'on fait boire votre vin en verjus. Vous êtes si gêné d'argent que souvent, quand il ya une ambassade à envoyer, on ne trouverait pas de quoi faire partir un simple chanoine ; l'ambassade ne se fait pas ou arrive trop tard , à votre grand préjudice.
Page 151 - ... et vous noble duc de Bourgogne, les bonnes gens de Rouen vous ont déjà par plusieurs fois signifié et fait savoir la grande nécessité et détresse qu'ils souffrent pour vous : à quoi vous n'avez pas encore pourvu, ainsi que vous l'aviez promis. Et pourtant, nous avons été...
Page 121 - ... pillards, reprendre par surprise Compiègne, Soissons, Lagni, et désoler horriblement l'Ile-de-France : le capitaine que Jean-sans-Peur avait mis à Tours livra sa cité au dauphin. Les affaires des Armagnacs se rétablirent ainsi, grâce à l'inertie du duc Jean. « C'étoit , dit le Bourgeois de Paris; le plus long homme en toutes ses besognes qu'on pût trouver, car il ne se mouvoit d'une cité quand il y étoit, non plus que si paix fût partout, si le peuple à force de plaintes ne l'émouvoit....
Page 122 - prince et seigneur, il m'est enjoint de par « les habitants de la ville de Rouen de crier « contre vous , et aussi contre vous , duc de « Bourgogne , qui avez le gouvernement du Roi « et du Royaume , le grand haro , lequel vous « signifie l'oppression qu'ils ont des Anglais ; et « vous mandent et font savoir par moi , que si , * faute de votre secours, il convient qu'ils soient « sujets du roi d'Angleterre, vous n'aurez en « tout le monde pires ennemis qu'eux, et ils dé« truiront, s'ils...
Page 15 - C'était un signe de misère de plus. La campagne étant devenue inhabitable , les paysans refluaient dans la ville. Une partie des habitants des places conquises par les Anglais, foule éplorée et manquant de tout , était venue chercher derrière les murailles de Rouen un dernier et trompeur asile : « Car il avoit en la ville trop de peuple de hors de la ville, qui estoit venu à reclain, qui y furent enfermés (1). » C'est ainsi seulement que peut s'expliquer le chiffre énorme que les écrivains...
Page 166 - ... partirai , ni pour ami , ni pour ennemi, avant de tenir ce qui m'appartient. » II se fit un instant de silence. Alors un des gentilshommes normands se prit à dire : « C'est beau de gagner Rouen et les hommes qui y sont ! > — • Rouen , répliqua vivement le roi , Rouen est mon propre héritage. Je l'aurai , tenez ceci pour certain , malgré tous ceux qui s'y opposent , malgré ceux qui sont dedans, et je traiterai ceux-ci de telle sorte qu'ils se souviendront de moi au jour du dernier Jugement...
Page 220 - C'était donc moins un avis qu'on demandait aux nobles de Normandie qu'un acte de présence et d'adhésion, un témoignage de soumission. Les nobles normands répondirent-ils à cet appel? Les pièces officielles ne peuvent nous fournir que des indices à cet égard. Les chroniques contemporaines sont plus explicites.
Page 151 - Vous , notre sire le roi, et » vous noble duc de Bourgogne, les bonnes gens » de Rouen vous ont jà par plusieurs fois signifié et » fait à savoir la grand' nécessité et détresse qu'ils » souffrent pour vous; à quoi n'avez encore pourvu,

Bibliographic information