La douleur en pratique quotidienne: diagnostic et traitements

Couverture
Arnette, 23 avr. 2002 - 655 pages
Pendant trop longtemps, la douleur a été vécue comme une fatalité. Et pourtant, l'évolution des connaissances nous donne les moyens permettant de l'atténuer dans la plupart des cas. Mais plus que les techniques, ce sont les mentalités qui doivent évoluer. La douleur a trop longtemps été parée des vertus de la rédemption. Tantôt démonstration courageuse de la force de l'âme, tantôt témoin utile du mal à surveiller, elle n'était prise en charge qu'avec parcimonie et méfiance par la médecine. Pourtant, la qualité d'un système de santé dépend autant de l'efficacité du traitement proposé que du soulagement de la souffrance des patients. La lutte contre la douleur doit être maintenue comme une priorité pendant de longues années tant sont grands les besoins et persistantes les résistances. Le moment est venu de changer les attitudes. L'introduction d'une " culture anti-douleur " au sein des pratiques et des exercices appelle un changement de comportement de l'ensemble des professionnels de santé, mais aussi des malades et de leurs proches. Le premier plan triennal de lutte contre la douleur lancé en 1998 avait cet objectif. De nombreuses actions ont ainsi été mises en place : l'information des usagers a été développée, des structures de prise en charge de la douleur créées, des recommandations publiées. La formation des professionnels de la santé a été considérablement renforcée, l'utilisation des antalgiques encouragée. Ainsi, le carnet à souches a été supprimé et plus de 5000 pompes d'analgésie auto-contrôlée sont désormais disponibles. Elles ne seront pas toutes utilisées. Mais des progrès restent à faire. Les structures de prise en charge de la douleur sont encore mal connues, la formation pratique des médecins reste insuffisante et les médicaments opioïdes sont trop souvent réservés aux situations de fin de vie. Je viens de présenter un nouveau programme d'action de lutte contre la douleur. II reconduit les objectifs du premier plan, notamment l'amélioration de la prise en charge de la douleur chronique (lombalgies, céphalées chroniques, douleurs cancéreuses...) et met l'accent sur la douleur provoquée par les soins et la chirurgie, la douleur de l'enfant et la prise en charge de la migraine. Demain, les hôpitaux seront aussi évalués à l'aune de leur aptitude à traiter la douleur. Cet ouvrage pédagogique participe aux changements des mentalités qui doivent permettre une modification des pratiques. II vient à point, sa large diffusion participera de ce combat nécessaire. (Bernard Kouchner, Ministre délégué à la santé, 2001)

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Informations bibliographiques