Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen, Volume 116

Front Cover
Westermann, 1906 - Languages, Modern
Vols. for 1858- include "Sitzungen der Berliner Gesellschaft für das Studium der neueren Sprachen."
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 355 - Cervantes had so much kindness for Don Quixote, that, however he embarrasses him with absurd distresses, he gives him so much sense and virtue as may preserve our esteem ; wherever he is, or whatever he does, he is made, by matchless dexterity, commonly ridiculous, but never contemptible.
Page 328 - Si un auteur pouvait avoir quelque droit d'influer sur la disposition d'esprit des lecteurs qui ouvrent son livre, l'auteur des Contemplations se bornerait à dire ceci : Ce livre doit être lu comme on lirait le livre d'un mort.
Page 332 - Est-ce donc la vie d'un homme ? Oui, et la vie des autres hommes aussi. Nul de nous n'a l'honneur d'avoir une vie qui soit à lui. Ma vie est la vôtre, votre vie est la mienne, vous vivez ce que je vis ; la destinée est une. Prenez donc ce miroir, et regardez-vous-y. On se plaint quelquefois des écrivains qui disent moi.
Page 332 - L'auteur a laissé, pour ainsi dire, ce livre se faire en lui. La vie, en filtrant goutte à goutte à travers les événements et les souffrances, l'a déposé dans son cœur. Ceux qui s'y pencheront retrouveront leur propre image dans cette eau profonde et triste, qui s'est lentement amassée là, au fond d'une âme.
Page 202 - Le beau ne perdrait rien de son prix, quand il serait commun à tout le genre humain ; il en serait plus estimable. La rareté est un défaut et une pauvreté de la nature. Les rayons du soleil n'en sont pas moins un grand trésor, quoiqu'ils éclairent tout l'univers.
Page 328 - C'est l'existence humaine sortant de l'énigme du berceau et aboutissant à l'énigme du cercueil; c'est un esprit qui marche de lueur en lueur, en laissant derrière lui la jeunesse, l'amour, l'illusion, le combat, le désespoir, et qui s'arrête éperdu "au bord de l'infini".
Page 436 - Toujours mettre sa force à garder sa colère Dans son cœur offensé, comme en un sanctuaire D'où le feu s'échappant irait tout dévorer; Interdire à ses yeux de voir ou de pleurer, C'est trop! Dieu, s'il le veut, peut balayer ma cendre. J'ai donné mon secret, Dalila va le vendre. Qu'ils seront beaux les pieds de celui qui viendra Pour m'annoncer la mort! —- Ce qui sera, sera!
Page 436 - A sa plus belle amie elle en a fait l'aveu : Elle se fait aimer sans aimer elle-même; Un maître lui fait peur. C'est le plaisir qu'elle aime, L'Homme est rude et le prend sans savoir le donner.
Page 68 - ¿E qué cosa es la poesía, que en nuestro vulgar gaya sciencia llamamos, si non un fingimiento de cosas útiles cubiertas ó veladas con muy fermosa cobertura, compuestas, distinguidas é scandidas por cierto cuento, peso e medida?
Page 191 - There is not a girl in town, but, let her have her will in going to a mask, and she shall dress like a shepherdess.

Bibliographic information