Histoire de Saint Louis

Front Cover
Chez Mmme. ve. J. Renouard, 1868 - France - 410 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 31 - Li larges cuens se tourna devers Ertaut , et li dist : « Sire vilains, vous ne dites mie voir, de ce que vous dites que je n'ai mais que donner ; si ai vous-meismes. — Et tenez, sire chevaliers, car je le vous doing, et -si le vous garantirai*.
Page 7 - Com» ment me deiStes-vous hier ce? » Et je li diz que encore li disoie-je. Et il me diSt : « Vous deiStes comme haStif musarz; car vous devez » savoir que nulle si laide mezelerie n'eSt comme d'eStre » en pechié mortel, pour ce que l'ame qui eSt en pechié » mortel eSt semblable au dyable : par quoy nulle si laide » meselerie ne puet eStre. Et bien eSt...
Page 121 - Faraquataye, le fendi de s'espée et li oSta le cuer du ventre; et lors il en vint au roy, sa main toute ensanglantée, et li dist : « Que » me donras-tu? que je t'ai occis ton ennemi, qui t'euSt
Page 14 - ... temptacion : Va-t'en. Doit-on dire à l'ennemi : Tu ne me tempteras jà à ce que je ne croie fermement touz les articles de la foy ; mès , se tu me fesoies touz les membres tranchier, si weil-je vivre et morir en cesti : point.
Page 16 - Et savez- vous que je y gaigne»rai, fiSt li cuens, de ce que je le croy en ceSte mortel »vie aussi comme sainte Esglise le nous enseigne? Je »en averai une couronne es cieus plus que les anges, » qui le voient face à face; par quoi il convient que il le
Page 137 - Et pour ce que li enfes ne fust periz dont elle estoit grosse, elle fesoit gésir devant son lit un chevalier ancien de l'aage de quatre-vins ans, qui la tenoit par la main.
Page 69 - Il faisoit tel noise ou venir, que il sembloit que ce fust la foudre dou ciel ; il sembloit un dragon qui volast par l'air. Tant getoit grant clartei, que l'on...
Page 76 - Il demanda conseil à touz nos chevaliers qui là estoient, et tuit li louèrent ce que je li avoie loé; et quant il oy ce, il me pria que je li lessasse aler son cheval, que je li tenoie par le frain avec les autres; et je si fiz. Au comte d'Anjou vint, et li requist que il me venist secourre moy et mes chevaliers.
Page xliv - Dieu liio livres est assouvis en dous parties. La première partie si devise comment il se gouverna tout son tens selonc Dieu et selonc l'Eglise, et au profit de son règne. La seconde partie dou livre si parle de ses granz chevaleries et de ses granz faiz d'armes.

Bibliographic information