Yi Jing: le classique de la simplicité

Couverture
Fernand Lanore, 1995 - 269 pages
0 Avis
Considéré par certains comme la plus ancienne des encyclopédies, le Yi Jing (souvent plus connu sous le vocable Yi King, Livre des Mutations) a réuni sous forme d'adage le savoir antique de la Chine ancienne. Il est surtout l'ouvrage qui a laissé l'empreinte la plus profonde dans la façon d'être et de vivre du peuple chinois. La tradition nous dit qu'il comportait des chapitres se rapportant à l'astronomie, la géographie, l'alchimie, la biologie, les arts militaires, la médecine, la musique, la stratégie politique... Faisant référence constamment à la mythologie, à cette conception personnelle du monde où, du chaos, a jailli l'inaltérable source du Dao, le Yi Jing est hors norme. Réécrit par les lettrés, Taoïstes et Confucéens y puiseront une grande part de leur philosophie, il a servi de véhicule à la morale légale et de justification à l'instauration de nouveaux gouvernements. Or, le Yi Jing, en tant que livre, n'a jamais été véritablement écrit. Tracé sur les carapaces de tortue ou des os de cervidés, il est né d'un ensemble de figures emblématiques, chacune caractérisée par une appellation très brève ; il se situe très loin des textes actuellement connus, traduits ou commentés par bon nombre de penseurs. A l'étude des manuscrits et textes épigraphiques découverts lors de fouilles archéologiques (1922-1928 et 1973), le Yi Jing s'est relevé bien différent de ce que nous pensions ; c'est ce chemin dépouillé de commentaires et appendices que l'auteur s'est attaché à mettre à jour.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Introduction
9
La danse du monde
35
Le miroir et leau
61
Sources thématiques
81
Lart des nombres
103
Lart de gouverner et de se gouverner
123
CONCLUSION
261
Droits d'auteur

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques