Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, Volume 39

Front Cover
Franz Steiner Verlag, 1912 - French language
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 185 - MARTINE. Mon Dieu ! je n'avons pas étugué comme vous , Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.
Page 222 - ... le royaume; et ŕ cecy se consentirent les seigneurs de France, pour certaines pensions qui leur furent promises, pour les deniers qu'on leveroit en leurs terres.
Page 130 - Adolf). *Das Verhältnis des französischen Rolandsliedes zur Turpinschen Chronik und zum Carmen de prodicione Guenonis. Rostock: Adler's Erben, 1905. 4 pl, 337 p. 8".
Page 34 - ... exquis amčne les larmes au bord des yeux, ces larmes ne sont pas la preuve d'un excčs de jouissance, elles sont bien plutôt le témoignage d'une mélancolie irritée, d'une postulation des nerfs, d'une nature exilée dans l'imparfait et qui voudrait s'emparer immédiatement, sur cette terre męme, d'un paradis révélé.
Page 33 - Au moral comme au physique, j'ai toujours eu la sensation du gouffre, non seulement du gouffre du sommeil, mais du gouffre de l'action, du ręve, du souvenir, du désir, du regret, du remords, du beau, du nombre, etc.
Page 34 - J'ai peur du sommeil comme on a peur d'un grand trou, Tout plein de vague horreur, menant on ne sait oů; Je ne vois qu'infini par toutes les fenętres, Et mon esprit, toujours du vertige hanté.
Page 29 - Des meubles luisants, Polis par les ans, Décoreraient notre chambre; Les plus rares fleurs Męlant leurs odeurs Aux vagues senteurs de l'ambre, Les riches plafonds, Les miroirs profonds, La splendeur orientale, Tout y parlerait A l'âme en secret Sa douce langue natale.
Page 70 - Nous voulons, tant ce feu nous brűle le cerveau, Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ? Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau ! AVERTISSEMENT DE L'ÉDITEUR Ce recueil est composé de morceaux poétiques pour la plupart condamnés ou inédits, auxquels M.
Page 41 - Mécontent de tous et mécontent de moi, je voudrais bien me racheter et m'enorgueillir un peu dans le silence et la solitude de la nuit. Ames de ceux que j'ai aimés, âmes de ceux que j'ai chantés, fortifiez-moi, soutenez-moi, éloignez de moi le mensonge et les vapeurs corruptrices du monde; et vous, Seigneur mon Dieu ! accordez-moi la grâce de produire quelques beaux vers qui me prouvent ŕ moi-męme que je ne suis pas le dernier des hommes, que je ne suis pas inférieur ŕ ceux que je méprise.
Page 34 - Mainte fois de la Peur je sens passer le vent. En haut, en bas, partout, la profondeur, la grčve, Le silence, l'espace affreux et captivant... Sur le fond de mes nuits Dieu de son doigt savant Dessine un cauchemar multiforme et sans tręve. J'ai peur du sommeil comme on a peur d'un grand trou...

Bibliographic information