Beautés de l'histoire de Sicile et de Naples, ou Précis des annales de ces peuples,: contenant ce qu'elles offrent de plus curieux et de plus intéressant, jusqu'au règne de Ferdinand IV; avec un coup d'œil sur les mœurs et les usages des Siciliens et des Napolitains; ainsi qu'un abrégé de la géographie et de l'histoire naturelle de ces contrées: ouvrage orné de huit estampes en taille-douce, et destiné à l'instruction at à l'amusement de la jeunesse,

Front Cover
Brunot-Labbe, 1818 - Sicily (Italy) - 488 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 108 - ... d'eux quatre-vingt-quatorze. « Leur âge nuit nécessairement à la célérité de l'expédition : la multiplicité des formes y nuit aussi; mais rien n'y nuit davantage que l'incertitude d'une procédure, uniquement formée d'une jurisprudence douteuse, et des ordres arbitraires du roi. « Aussi les gens de loi pullulent. On compte pour le seul royaume de Naples (la Sicile à part) , c'est-à-dire pour environ quatre millions de justiciables , près de trente mille avocats ou procureurs.
Page 82 - Ivi, p. 77 [« ... pouvre, mal batic & mal pavée,... le pont qu'on passe sur le Volturne avant d'y entrer, est aussi fort mauvais »]. 78 Ivi, pp. 84-85 [« On arrive dans cette belle capitale par une route charmante, large, droite, bordée de grands arbres qui font un ombrage agréable, & qui sont lié par des guirlandes de vignes; on trouve de distance en distance des village fort bien peuplés, les derniers son Melito & Capo de Chino.
Page 14 - La poésie pastorale est apparemment la plus ancienne de toutes les poésies , parce que la condition de berger est la plus ancienne de toutes les conditions. Il est assez vraisemblable que ces premiers pasteurs s'avisèrent, dans la tranquillité et l'oisiveté dont ils jouissaient , de chanter leurs plaisirs et leurs amours...
Page 39 - On voit une tête de lion sur le cou d'une oie, avec le corps d'un lézard, les jambes d'une chèvre et la queue d'un renard ; sur le dos de ce monstre , il en place un autre encore plus hideux , qui a cinq ou six têtes , et un grand nombre de cornes.
Page 107 - II ya dans Naples environ 40 mille Lazaroni, c'est-à-dire, gens pauvres, dont un grand nombre n'a point d'état, & n'en veut point avoir; il ne leur faut que quelques aunes de toile pour s'habiller, deux sous par jour pour se nourrir; plusieurs couchent sur des bancs quand ils n'ont point de lits, on les appelle méme pour cela Banchieri; la paresse les rend, pour ainsi dire, aussi stoi'ciens que les Grands y sont voluptueux et recherchés
Page 83 - Naples de quelque côté qu'on la voie : cette ville est pla78 cée au fond d'un bassin, appelé en italien Cratère, qui a deux lieues et demie de largeur et autant de profondeur ; il semble presque fermé par l'île de Caprée, qui se présente du côté du midi, et quoique à sept lieues de distance, termine agréablement la vue (...) Le contour de ce bassin est...
Page 65 - Jeanne d'Aragon n'a visité l'Etna, et ils sont persuadés que cette histoire n'est qu'une fable populaire. « Cet arbre si vanté et d'un diamètre si considérable est entièrement creux, car le châtaignier est comme le saule : il subsiste par son écorce ; il perd en vieillissant ses parties intérieures, et ne s'en couronne pas moins de verdure.
Page 45 - ... s'appeloit le tympan. Le tyran avoit fait faire au bout du tympan un petit trou qui communiquoit à une chambre où il avoit coutume de fe cacher : il appliquoit fon oreille à ce trou , & il entendent diftinfkement tout ce qui fe difoit dans la caverne.
Page 105 - La beauté du sexe est une llcur qui demande un air humide et un climat tempéré. Tous ces traits heureux que la nature semble avoir choisis pour former la beauté, s'altèrent ici très-promptement, attaqués à la fois par le climat, l'éducation et les moeurs. Au reste, ces mêmes influences, en ôtant la beauté aux femmes , semblent l'avoir transportée aux hommes : ils sont en général assez beaux. S TJ R L
Page 21 - ... sa charge, autant d'hommes qu'elle en peut tenir. Ensuite se mettant à quelque distance, assis à son aise, sans travail, sans le moindre effort, en remuant seulement de la main le bout d'une machine à plusieurs cordes et poulies qu'il avait...

Bibliographic information