L'Année littéraire: ou, suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volumes 7-8

Front Cover
Fréron., 1755 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 126 - Le chien, indépendamment de la beauté de sa forme, de la vivacité, de la force, de la légèreté, a par excellence toutes les qualités intérieures qui peuvent lui attirer les regards de l'homme. Un naturel ardent, colère, même féroce et sanguinaire, rend le chien sauvage redoutable à tous les animaux, et cède, dans le chien domestique, aux sentiments les plus doux, au plaisir de s'attacher et au désir de plaire ; il vient en rampant mettre aux pieds de...
Page 81 - Monbar > ils ne purent me le dire. Vous croyez bien que je n'y touchai pas. Le fruit le plus antique qu'on ait vu de mémoire d'homme. Rien à fa place; une confufion, un...
Page 208 - Le même âge , la même ivresse. Autrefois emporta nos pas ! Les Muses!... Quel destin bizarre. Quelle divinité barbare T'enlève à jamais de leurs bras? Reviens... la mer s'élance... Arrête ! Vois, crains, fuis ces flots suspendus! Ils retombent !... Dieux ! la tempête L'entraîne à mes yeux éperdus.
Page 205 - L'Hécla, le Vésuve s'entr'ouvre ; Et l'enfer , que l'œil y découvre , Bouillonne dans leurs vastes flancs. Sans détruire l'antique masse Que presse l'océan des airs , L'Éternel en change la face, Mobile empire des revers. Tout naît ; tout meurt; tout doit renaître ; Tout perd la forme de son être , Frêle ouvrage des éléments : La Nature, active et féconde, Sans cesse reproduit le monde , Éternel dans ses changements.
Page 134 - Dans un bloc informe de bois ou de pierre , il ya toujours une belle ftatue renfermée : la difficulté eft de l'en tirer: tout l'art confilte à ôter l'enveloppe qui la couvre. Cette idée peut s'appliquer à prefque tous:;les;livres Anglois. Sous una rude écoxccr^.cfeft-à-dire , avec de gfcà'nds défauts laiifent 'pas de .coHreniïf dê'f...
Page 81 - Le contrait étoit drefTé, le jour pris pour la noce ; mais elle apprend qu'il n'eft ni Comte ni Marquis , comme c'eft l'ufage ; il fe fait appeller M. le Baron , titre furanné qui ne fied tout au plus qu'à des étrangers...
Page 253 - Fit régner l'abondance au camp de nos guerriers * Ces favoris de Mars , ces fiers vengeurs du trône, T'adoroient comme un Dieu qui nourrit les humains ; Et ces mains qui lançoient les foudres de Bellone , Touchoient avec refpe<ft tes bienfaifantes mains.
Page 100 - Ils ne fouffrent pas les moindres remontrances ; & fi quelqu'un , témoin de ces fcènes barbares...
Page 124 - La rudeffe du poil , la dureté de la peau , i'épaiffeur de lagraiffe, rendent ces animaux peu fenfiblcs aux coups : l'on a vu des fouris fe loger fur leur dos, & leur manger le lard & la peau fans qu'ils panifient le fentir.
Page 51 - Démocrite , Eudoxe &: autres adoptèrent les plans ou cartes géographiques , & en rendirent l'ufage fort commun dans la Grèce.

Bibliographic information