Histoire littéraire de la France, Volume 14

Front Cover
Imprimerie nationale, 1869 - Benedictines
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 407 - Mes frères, si quelqu'un est tombé, par surprise, en quelque péché, vous autres, qui êtes spirituels, ayez soin de le relever dans un esprit de douceur; chacun de vous faisant réflexion sur soi-même, et craignant d'être tenté aussi bien que lui.
Page 7 - Histoire généalogique et chronologique de la maison de France et des grands officiers de la couronne.
Page 60 - Or vous devez vous souvenir que vous êtes de notre royaume , et nous voulons que vous en suiviez tes maximes; car, quoique vous soyez voisine de l'empire, vous ne devez pas suivre ses lois et ses usages sur cet article. Rendez donc vous-même la justice,, et examinez vous-même les affaires avec attention.
Page 527 - Ex sequitate autem maxima prodita est legalis ista institutio. Jus enim quod post multas et longas dilationes vix evincitur per duellum, per beneficium istius constitutionis commodius et acceleratius expeditur.
Page 346 - ... retranchant les choses qui m'ont paru superflues, mais en ajoutant des choses essentielles qu'on y avait omises. Mais, de peur que quelqu'un ne s'imagine que je veux par là déroger aux louanges si bien méritées du célèbre Turpin, je déclare que j'implore le suffrage de ce grand prélat pour obtenir grâce au tribunal du souverain Juge. » Oienhart conclut de là que ce roman ne devait pas être iort ancien alors, puisqu'on n'en avait point de connaissance en France avant Geofroi duVigeois.
Page 362 - Cîteaux regarda apparemment ce livre comme dangereux, puisqu'il ordonna qu'il ne fût point mis dans la bibliothèque commune, à cause du mauvais usage que l'on en pouvait faire, et qu'il serait enfermé séparément pour y avoir recours seulement dans le besoin.
Page 407 - Car qui est-ce qui vous discerne d'entre les autres? qu'avezvous que vous n'ayez reçu? et si vous l'avez reçu , pourquoi vous en glorifiez-vous, comme si vous ne l'aviez point reçu...
Page 344 - Les jeunes gens de l'un et de l'autre sexe portaient autrefois sur la tête des mîtres qu'on appelait bonnets; puis est venue la mode des chaperons ou coiffes de lin, à quoi ont succédé d'autres chaperons de poil de chameau. Toute la jeunesse laisse croître aujourd'hui ses cheveux : autrefois on les coupait, et on portait de longues barbes; maintenant, jusqu'aux paysans et aux plus bas valets, garciones, tout le monde se fait raser. Que dirai-je de la chaussure? On voit à l'extrémité des...
Page 400 - Ma sentence est juridique, répliqua le prélat ; je suis prêt de la soutenir en la cour du pape Alexandre, en celle de Louis, roi de France, en celle de Raimond, comte de Toulouse, ou de sa femme, qui est ici présente, ou enfin en celle de Trencavel (vicomte d'Albi), qui est aussi présent.
Page 51 - Dieu foulèrent autrefois, où il souffrit, pour une terre à laquelle il daigna communiquer sa présence; l'Eternel se lèvera avec nous, nos ennemis seront dispersés; ceux qui l'ont méconnu fuiront devant nos regards; ils seront confondus, tous ceux pour qui Sion est un objet de haine , si notre courage est inébranlable ainsi que notre confiance en Dieu. Je pars , la piété m'appelle; rangez-vous autour de moi, secondez mes desseins, fortifiez ma volonté par votre association et votre appui.

Bibliographic information