Recherches analytiques sur les inscriptions cunéiformes du système médique

Front Cover
Imprimerie Nationale, 1850 - 252 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 258 - The borrower must return this item on or before the last date stamped below. If another user places a recall for this item, the borrower will be notified of the need for an earlier return.
Page 1 - XIV, 1849, s. 94) darüber aussprach: „je ne saurais le dire trop haut, quand on examine ce travail de plus près, on reconnaît bien vite, qu'il n'est pas possible de trouver, sur un sujet aussi difficile, un essai philologique qui présente des indices plus nombreux, plus constants veux-je dire, d'une insigne bonne foi , d'une inaltérable loyauté et d'une vaste érudition" — worte, welche Westergaard selbst (in der wu angeführten abhandlung s.
Page 243 - C'est-à-dire : C'est un très-grand dieu qu' Ormuzd, qui est le plus grand des dieux, qui a créé ce monde, qui a créé ce ciel, qui a créé les mortels, qui a donné la vie aux mortels, qui a fait Xerxès roi , seul roi de l'univers , seul empereur de l'univers. Je suis Xerxès roi très-grand, roi des rois, roi du monde habité, roi de cet univers immense, son soutien illustre, fils de Darius roi , achéménide. Le roi Xerxès dit ; Darius , qui fut mon père, par la volonté d'Ormuzd, a visité...
Page 118 - Weslergaard , et il confirme de plus en plus les bizarreries grammaticales qui pouvaient faire suspecter une première traduction. D'après M. de Saulcy , l'idiome médique avait une analogie assez étroite avec l'idiome des Perses, pour que Strabon , qui n'y regardait pas de très-près , ait pu dire que les Perses et les Mèdes parlaient la même langue. Cet idiome a laissé des traces évidentes dans plusieurs dialectes , tels que le zend, le persan moderne , le turc, le mongol, l'arménien, le...
Page 1 - Ce travail, publié en 18/1/1 à Copenhague, dans les Mémoires de la Société royale des antiquaires du Nord, n'a pas reçu des philologues l'accueil bienveillant auquel il avait droit, De ce que les mots obtenus à l'aide des valeurs attribuées aux caractères cunéiformes médiques par Westergaard, semblaie.nt ne se rattacher à aucun idiome connu, on a généralement pensé que les lectures proposées ne méritaient pas toute confiance , et que , par suite , la besogne était à recommencer....
Page 132 - Par la grâce d'Ormuzd, les contrées que j'ai soumises avec l'assistance des Perses, qui m'ont redouté, qui m'ont payé un tribut (sont) : la Susiane, la Médie, la Babylonie, l'Arabie, l'Assyrie, l'Egypte, l'Arménie, la Cappadoce, Sparte, la Grèce, la continentale et la maritime, et les contrées qui sont vers l'Orient, la Sagartie, la Parthie, la Drangiane, l'Ane, la Bactriane, la Sogdiane, le Khowarizm, la Satagetie, l'Arachosie, l'Indus, le Gandhara, la Scythie, la Médie.
Page 118 - ... n'y regardait pas de très-près , ait pu dire que les Perses et les Mèdes parlaient la même langue. Cet idiome a laissé des traces évidentes dans plusieurs dialectes , tels que le zend, le persan moderne , le turc, le mongol, l'arménien, le géorgien et la langue des Tsiganes ; mais le turc, plus que les autres langues congénères, présente des débris fort reconnaissables de l'ancienne langue des Mèdes. L'écriture était syllabique, c'est-à-dire qu'un signe...

Bibliographic information