Journal asiatique

Front Cover
Société asiatique., 1848 - Oriental philology
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 167 - In-8° br. a fr. et i fr. pour les membres de la Société. ESSAI SUR LE PALI , ou langue sacrée de la presqu'île au delà du Gange, par MM. E. Burnouf et Lassen.
Page 132 - Pantchatant ra ; mais jusqu'à présent, on ne le connaissait que par des traductions dans presque toutes les langues, ou par des imitations assez imparfaites, rédigées dans les dialectes vulgaires de l'Inde; ce n'est qu'aujourd'hui qu'il paraît sous sa forme originale, par les soins [de M. Kosegarten *. Ce savant n'en a encore publié que le texte, qui forme un volume d'une étendue considérable.
Page 90 - Arabes , les sentimens caractéristiques de cette race et les souvenirs de leur histoire. La nature de l'ancienne poésie arabe se prête parfaitement à cette manière de voir ; car , pendant bien des siècles , tout le travail intellectuel des Arabes se résumait en vers; chaque événement donnait lieu à un morceau de poésie, chaque homme marquant chantait ses hauts faits ou ceux de sa tribu, et chaque tribu avait son diwan , qui contenait ses titres à la gloire guerrière et littéraire. Le...
Page 130 - Stenzler 3, qui en a donné un texte où l'on remarque la même sûreté de critique qui distingue toutes les publications de ce savant. Il nous en promet une traduction à laquelle il joindra les notes qui sont indispensables à cet ouvrage. Comme preuve de la popularité que la littérature indienne commence à acquérir, on peut citer les traductions qu'on publie en Allemagne, dans une forme qui s'adresse à la masse des lecteurs les plus étrangers à ces éludes; telle que la traduction allemande...
Page 131 - Au reste , quelle que soit la popularité réservée à ces poèmes, elle ne pourra jamais égaler celle dont les fables indiennes jouissaient déjà dans l'antiquité et qu'elles conserveront toujours. On sait quel immense succès a eu, chez presque tous les peuples, le plus ancien recueil de ce...
Page 80 - On y trouve toutes les données que fournissent sur ce sujet les poêles, les commentateurs, les généalogistes et les chroniqueurs des Arabes, et toutes celles que les auteurs grecs et latins y ajoutent, éclairées par une critique sage, ordonnées avec le plus grand soin, et présentant un ensemble qui restera la base de tous les travaux futurs sur ce sujet; car la découverte de nouveaux manuscrits arabes et l'étude des inscriptions himyarites pourront servir à préciser des points indécis,...
Page 189 - Pendant cette guerre, on inventa aussi ou l'on perfectionna le aenhourek , cette arme terrible dont les papes défendirent de se servir entre chrétiens. C'était une flèche de l'épaisseur du pouce , de la longueur d'une coudée , qui avait quatre faces ; la pointe de la flèche était en fer, et des plumes en rendaient le vol rapide. Ce trait traversait quelquefois deux hommes du même coup, perçait à la fois la cuirasse et l'habillement du soldat, et allait ensuite se planter en terre; il pénétrait...
Page 84 - Ce poème , froid et artificiel , obtint une grande renommée, grâce à la recherche du style de l'auteur et au mauvais goût d'une époque de décadence, et il devint une sorte de manuel d'histoire universelle , à l'aide d'un commentaire savant qu'un autre auteur arabe -espagnol, Ibn-Badroun , y ajouta vers la fin du même siècle. C'est dans ce commentaire que réside le véritable intérêt du livre ; on y trouve une foule de faits et d'anecdotes historiques qui l'ont fait rechercher par les...
Page 105 - J'avais espéré pouvoir vous annoncer de nouvelles découvertes himyarites, M. Arnaud m'ayant appris, par ses lettres de la fin de l'année dernière, qu'il traitait avec un chef arabe, maître d'un district très-riche en monumens himyarites ; mais, jusqu'à présent, il n'est arrivé à Paris aucune copie de nouvelles inscriptions. On doit toujours craindre que des négociations avec un barbare avide et soupçonneux, comme le sont ces petits chefs arabes, n'aboutissent qu'à lui donner une opinion...
Page 216 - ... la rose avait couvert d'un bouclier son visage pour ne point ?, voir les pointes acérées de ses boutons à peine éclos; l'odorant » œillet avait élevé sur sa tête une lance d'émeraude. Ceux » qui virent cette armée végétale exprimèrent leur admiration. >> Le...

Bibliographic information