Journal asiatique

Front Cover
Société asiatique., 1835 - Oriental philology
0 Reviews
Ser. 6, v. 11, 14 and 18; ser. 7, v. 1 and 9, ser. 7, v. 16 and 19, ser. 8, v. 5, 9, 13 and 17 include "Bibliographie ottomane. Notice des livres turcs arabes et persans imprimés à Constantinople durant le période 1281-1307 de l'Hégire" (title varies slightly).
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 581 - Note sur l'emploi et la signification du cercle ou de la couronne et du globe dans les représentations des divinités chaldéennes ou assyriennes et des divinités persanes, par M.
Page 332 - Cependant, des hommes religieux, enivrés de la coupe de la communion divine, se sont écriés : Je suis Dieu. En effet, l'homme participe aux attributs divins, que dis-je? sa substance est celle de Dieu même. La seule différence, c'est qu'il n'est qu'un être casuel, tandis que Dieu seul est l'être nécessaire.
Page 205 - Taj-ulmuluk agit de môme : comme le papillon, il était allé à la recherche d'une simple fleur, mais en voyant le jardin de la beauté de celle à qui elle appartenait, il n'aspire plus seulement à la fleur, mais il avance la main du désir jusqu'à l'être charmant qui l'avait plantée. Après avoir supporté toutes sortes de peines et de fatigues, le prince finit donc par recueillir dans le...
Page 480 - Bévélations apocryphes de Saint Barthélémy, et de l'histoire des communautés religieuses fondées par Saint Pakhome ; traduit sur les textes Copte-Thébains inédits conservés à la Bibliothèque du Eoi, par ED Paris, 1835.
Page 219 - Le jeune prince s'adressant alors à l'émir, lui demanda de voir s'il n'y avait 'pas dans l'assemblée quelqu'un qui ressemblât au prince dont il s'agissait. Après avoir examiné tous les assistants, avec attention, l'émir déclara que le prince qui lui adressait la parole était, de tous les assistants, le seul dont les traits rappelaient ceux de son élève, et qui en avait le langage et les manières. Ces mots étaient à peine prononcés que...
Page 358 - Bakawali , à qui était dû un aussi heureux résultat. En réjouissance, le ministre voulut donner une fête. Il y appela tous les musiciens de la ville; il y conduisit le roi lui-même et y invita les émirs grands et petits. Cette fête, embellie par la danse et la musique, dura plusieurs jours; chacun en fut enchanté. On offrit au roi et aux princes des centaines de plats couverts d'objets précieux et de pierreries ; on fit des présents à tout le monde; on distribua de l'argent avec abondance;...
Page 196 - ... sortir précipitamment comme une panthère lorsqu'elle l'entendait faire claquer ses doigts. Quand la belette fut bien dressée, il alla voir la vieille femme. — * Je suis fatigué de servir, lui dit-il; si vous consentiez à me confier mille roupies, j'essayerais de faire le commerce. » La vieille conduisit le prince dans un cabinet, et, lui montrant tout son argent, elle lui dit de prendre ce qu'il voudrait.
Page 213 - Elle dit et se retira. Cependant Taj-ulmuluk alla chercher en grande pompe Lakkha et Mahmouda au lieu où elles l'attendaient, d'après ses ordres. Il les fit monter dans des palanquins enrichis de pierreries, ornés de beaux rideaux brodés, et précédés d'esclaves à cheval, portant à leurs mains des bâtons d'or et d'argent. Ce fut ainsi qu'il les introduisit dans son nouveau palais, où il leur procura des distractions qui leur firent passer le temps agréablement.
Page 351 - trompes , car je reconnais à tes paroles que tu n'es « pas une femme. Tu es entré ici par fraude , et tu as « ainsi exposé mon honneur au vent. Vois toi-même « quelle punition mérite une telle hardiesse. » Le pauvre Bahram, qui ignorait toutes les roueries de la coquetterie et qui avait en mémoire les...
Page 195 - Lakkha a élevé un chat et une souris : elle a habitué le chat à avoir une lampe sur la tête, et la souris à se tenir cachée à l'ombre du chandelier. Lorsque la chance n'est pas favorable à Lakkha, le chat agite la lampe et fait aller l'ombre sur les dés. Alors la souris va retourner le dé, et c'est ainsi que Lakkha gagne constamment, sans qu'aucun de ceux qui ont joué avec elle ait encore pu en comprendre le motif.

Bibliographic information