L'amant rendu cordelier à l'observance d'amours: poème attribué à Martial d'Auvergne

Front Cover
Firmin Didot et cie, 1881 - Love poetry, French - 200 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 138 - II m'enseigne à n'avoir affection pour rien ; De toutes amitiés il détache mon âme ; Et je verrois mourir frère, enfants, mère, et femme, Que je m'en soucierois autant que de cela.
Page viii - ... trois sepmaines avecques une des filles de maistre Jacques Fournier, conseiller du Roy en sadicte court de parlement, perdit son entendement en telle manière, que le jour de monseigneur...
Page vii - Audit mois de juing que les fèves fleurissent et deviennent bonnes, advint que plusieurs hommes et femmes perdirent leur bon entendement, et mesmement à Paris; il y eut entre aultres ung jeune homme nommé maistre Marcial d'Auvergne , procureur en la court de parlement et notaire au...
Page ix - Pour ses vertus d'un chascun bien aymé ; En parlement procureur renommé, Par cinquante ans exerça la pratique. Avec ses père et mère est inhumé, Les honorant comme fils catholique.
Page 183 - Illec furent receues et festoyées moult noblement et à grant largesse , et y eut faits quatre moult beaux bains et richement aornez, cuidant que la Royne se y deust baigner , dont elle ne fist riens , pour ce qu'elle se sentit ung peu mal disposée, et aussi que le temps estoit dangereux ; mais en l'un...
Page 110 - Jugement définitif sur un plaidoyer d'Amour (n) ou le Décret d'un cœur infidèle (12). Le poète y modernise librement Martial d'Auvergne. L'amoureux médiéval, pour fléchir sa dame, lui baillait prosaïquement « six aunes de drap de Damas pour faire une cotte simple, deux petites verges d'or, quatre aunes d'écarlate, une turquoise et un Agnus Dei doré » (13). L'amant « maltraité » de La Fontaine applique à la lettre le programme défini par Mlle Desjardins dans sa cinquième règle...
Page 121 - Mme la Princesse de R*** dit qu'elle avait mal aux reins, et pour être plus à son aise, elle essaya, je crois, tous les fauteuils de la maison, sans en trouver un à son gré. Ensuite elle demanda des oreillers, et puis après un rondin*. Le laquais à qui elle s'adressa n'en connaissait pas d'autre qu'une bûche, et lui en apporta une, la plus ronde qu'il put trouver.

Bibliographic information