Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Volume 5

Front Cover
F. Schoell, 1811 - Mexico
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 63 - Cette guerre civile, pendant laquelle les Indiens exercèrent des cruautés atroces, dura près de deux ans; et, si les Espagnols avaient perdu la bataille dans la- province de Tinta, l'entreprise hardie de Tupac Amaru aurait eu des suites funestes, non seulement pour les intérêts de la métropole , mais vraisemblablement aussi pour l'existence de tous les Blancs établis sur les plateaux des Cordillères et dans les vallées voisines.
Page 65 - On prohiba l'établissement des imprimeries dans des villes de quarante à cinquante mille habitans; on considéra comme suspects d'idées révolutionnaires , de paisibles citoyens,, qui , retirés à la campagne , lisaient en secret les ouvrages de Montesquieu , de Robertson ou de Rousseau. Lorsque la guerre éclata entre l'Espagne...
Page 65 - ... est à la fois un obstacle à la prospérité publique, et un motif de ressentiment contre la mère-patrie. Cette disposition des esprits engagea , dans quelques provinces, les vice-rois et les gouverneurs à prendre des mesures , qui , bien loin de calmer l'agitation des colons, contribuèrent à augmenter leur mécontentement. On crut voir le germe de la révolte dans toutes les associations qui avaient pour but de répandre les lumières. On prohiba l'établissement des imprimeries dans des...
Page 65 - ... on considéra comme suspects d'idées révolutionnaires de paisibles citoyens qui, retirés à la campagne, lisaient en secret les ouvrages de Montesquieu, de Robertson ou de Rousseau. Lorsque la guerre éclata entre l'Espagne et la France, on traîna dans les cachots de malheureux Français qui étaient établis au Mexique depuis vingt ou trente ans. Un d'eux, craignant de voir renouveler le spectacle barbare d'un auto-da-fé, se tua dans les prisons de l'inquisition. Son corps fut brûlé sur...
Page 68 - ... qui, dispersés sur une vaste étendue de pays, jouissent de cette liberté individuelle qui naît toujours d'un grand isolement , des agitations politiques auraient été plus fréquentes depuis la paix de Versailles, et surtout depuis 1789, si la haine mutuelle des castes, et la crainte qu'inspiré aux Blancs et à tous les hommes libres le grand nombre de Noirs et d'Indiens , n'avaient arrêté les effets du mécontentement populaire. Ces motifs , comme nous l'avons indiqué au commencement...
Page 66 - ... par la force et en augmentant le nombre des troupes, composées d'indigènes , mais en gouvernant avec équité, en perfectionnant les institutions sociales, en faisant droit aux justes réclamations des colons, que l'on parviendrait à resserrer pour long-temps les liens qui unissent les colonies à la péninsule d'Espagne. Des avis si salutaires n'ont pas été suivis; le régime colonial n'a pas subi de réforme; et, *• en 1796, dans un pays où les progrès des lumières avaient été favorisés...
Page 65 - Gouvernement crut découvrir une conspiration à Santa-Fé, capitale du royaume de la Nouvelle-Grenade : on y mit aux fers des individus qui, par la voie du commerce avec l'île de Saint-Domingue, s'étaient procuré des journaux français; on condamna à la...
Page 59 - On voit quelquefois, dit M. de Humboldt, ces officiers de milices en grand uniforme et décorés de l'ordre royal de Charles III , assis gravement dans leurs boutiques , se livrer aux plus petits détails de la vente des marchandises ; mélange d'ostentation et de simplicité de mœurs, qui étonne le voyageur européen (i).
Page 31 - C'est parmi ces derniers que les Mexicains citeront longtemps avec reconnaissance le comte de Revillagigedo et le chevalier d'Asanza (sic), deux hommes d'état également recommandables par leurs vertus privées et publiques, et dont l'administration leur aurait été plus bienfaisante encore, si leur position extérieure leur avait permis de poursuivre librement...
Page 66 - ... communications avec les Etats-Unis et avec les colonies étrangères des îles Antilles , un grand mouvement révolutionnaire a manqué d'anéantir d'un seul coup la domination espagnole. Un riche négociant de Caracas , don Josef Espana , et un officier du corps des ingénieurs , don Manuel Wal , résidant à la Guayra , conçurent le projet hardi de rendre indépendante la province de Venezuela, et de réunir à cette province celles de la...

Bibliographic information