Histoire naturelle des animaux sans vertèbres ...: Histoire des insectes. 1835

Cover
J. B. Baillière, 1835
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Beliebte Passagen

Seite 601 - qui ne couvrent point entièrement l'abdomen, et qui, par leur bord interne, ne forment point une suture droite. Ils se traînent à terre ou sur les plantes peu élevées, dont ils mangent les feuilles, et font sortir de leurs articulations une liqueur oléagineuse,
Seite 172 - Il y en a enfin qui se forment une sorte de fourreau qui les cache et les accompagne partout. Parmi les faits que les chenilles nous font voir dans le cours de leur vie, il n'en est guère qui méritent plus d'être examinés, et qui soient plus dignes de nous étonner, que leurs
Seite 459 - elles seules le vol. Les ailes des coléoptères sont rarement en proportion avec le poids de leur corps : elles ne sont pas assez grandes, et ne sont pas mues par des muscles assez vigoureux ; ce qui fait qu'en général ces insectes volent
Seite 459 - étant ouvertes et assez écartées pour ne pas gêner le jeu des ailes , contribuent, par leur position et leur concavité , à faciliter le vol. On prétend néanmoins qu'elles ne font aucun mouvement, et que les ailes , mises en jeu et frappant l'air,
Seite 156 - des autres cimicides, puisqu'elles offrent un caractère particulier et d'autres habitudes. Cette distinction n'empêche pas. que les unes et les autres ne soient de la même famille ; ce qui a toujours été senti. Parmi les cimicides aquatiques , quelques-unes ont les antennes saillantes et bien apparentes , tandis que les autres ont les leurs
Seite 173 - rejettent même la membrane qui double tout le canal de leur estomac et de leurs intestins. Alors, celles qui savent se filer des coques, se mettent à y travailler, et s'y renferment, comme pour se mettre à l'abri des impressions de l'air pendant leur changement de forme.
Seite 542 - articles aux tarses des deux premières paires de pattes, et quatre seulement à ceux de la troisième paire. LES
Seite 171 - de celles qui sont véritablement hérissées, nous verrons qu'elles ont des poils nombreux,' et souvent si gros, si durs et si semblables à des épines, qu'on les a nommées chenilles épineuses. Ces gros poils, qui sont assez durs pour être
Seite 171 - droite, en portant en avant la partie antérieure de leur corps, elles semblent, en marchant ainsi, mesurer le chemin qu'elles parcourent; ce qui leur a fait donner le nom, de chenilles arpenteuses. Les chenilles dont l'extérieur est le plus simple, sont celles dont la peau n'est point chargée de poils ou de corps
Seite 460 - temps est chaud et sec; mais leur vol est court. Aucun, d'ailleurs, ne peut voler que vent arrière , et jamais contre le vent.

Bibliografische Informationen