Qu'est-ce que la propriéte; ou, Recherches sur le principe du droit et du gouvernement

Front Cover
G. Frères, 1849 - Economics - 252 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 238 - ... la raison pour laquelle le pouvoir reste au plus âgé, quoiqu'il devienne à son tour le plus faible. Toutes les fois que la société est sous la conduite d'un chef, ce chef est presque toujours en effet le plus âgé de la troupe. Je dis presque toujours , car l'ordre établi peut être troublé par des passions violentes. Alors l'autorité passe à un autre ; et après avoir de nouveau commencé par la force, elle se conserve ensuite de même par l'habitude. Les chevaux sauvages vont par...
Page 29 - La propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements.
Page 160 - Leo ; Secundam, quia sum fortis, tribuetis mihi; Tum, quia plus valeo, me sequetur tertia; Malo adflcietur, si quis quartam tetigerit.
Page xi - Je m'empresse de vous remercier de l'envoi que vous avez bien voulu me faire de votre second mémoire sur la propriété.
Page 103 - Les appointements doivent-ils être proportionnés au travail? en d'autres termes, est-il juste que qui plus fait, plus obtienne? Je conjure le lecteur de redoubler ici d'attention. Pour trancher d'un seul coup le problème , il suffit de se poser la question suivante : Le travail est-il une condition ou un combat? La réponse ne me semble pas douteuse. Dieu a dit à l'homme : Tu mangeras...
Page 29 - Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.
Page 1 - Si j'avais à répondre à la question suivante : Qu'est-ce que l'esclavage ? et que d'un seul mot je répondisse, C'est l'assassinat, ma pensée serait d'abord comprise. Je n'aurais pas besoin d'un long discours...
Page 100 - ... années; mais cette force de mille a fait en vingt jours ce que la force d'un seul, répétant son effort pendant un million de siècles, n'accomplirait pas : le marché est-il équitable? Encore une fois non : lorsque vous avez payé toutes les forces individuelles, vous n'avez pas payé la force collective; par conséquent, il reste toujours un droit de propriété collective que vous n'avez point acquis, et dont vous jouissez injustement...
Page 15 - La justice est l'astre central qui gouverne les sociétés, le pôle sur lequel tourne le monde politique, le principe et la règle de toutes les transactions. Rien ne se fait entre les hommes qu'en vertu du droit; rien sans l'invocation de la justice.
Page 22 - ... soit qu'elle punisse : elle ne peut ordonner que ce qui est juste et utile à la société : elle ne peut défendre que ce qui lui est nuisible.

Bibliographic information