Monographie de Tombouctou: Accompagnée de nombreuses illustrations et d'une carte de la région de Tombouctou dressée d'après les documents les plus récents

Front Cover
Société des études coloniales & maritimes, 1900 - Timbuktu - 119 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 33 - Les orfèvres font des bijoux de tout métal; ils ne travaillent plus l'or parce que ce métal précieux ne vient plus à Tombouctou comme autrefois, et ils n'ont pas encore réussi à fondre l'or monnayé. L'argent provient des pièces de monnaie, le cuivre arrive du Mossi et du Haoussa.
Page 82 - ... heures et demie, à Taaraïet, à 45 kilomètres au NordOuest de Tombouctou. Les Touareg, à cheval eux aussi, fuyaient à toute vitesse, par petits groupes, dans toutes les directions, selon leur tactique habituelle. L'un de ces groupes étant passé à portée de l'avant-garde que commandait le lieutenant Bérar, celui-ci, entraîné par son ardeur, s'élança dessus, de toute la vitesse de son excellent cheval. L'un des Touareg étant tombé...
Page 22 - Quant aux femmes, la disposition de leurs cheveux est plus compliquée. Mais on peut établir, en règle générale, qu'elle se compose pour les jeunes filles jusqu'à 13 ou 14 ans, d'une tresse en fibres de palmier noircies, en queue relevée en arrière. De 14 à 25 ans environ, les jeunes filles portent deux de ces queues, l'une en arrière, l'autre en avant ; celle-ci est enroulée à l'extrémité et un peu abaissée.
Page 83 - Mais bientôt l'agonie commença et il expira à 8 heures 1/2 du matin, 30 à 40 minutes après avoir été atteint. On enveloppa son corps de couvertures, pour le protéger contre l'épouvantable chaleur qu'il faisait alors. Malgré la distance, malgré les difficultés, le capitaine Imbert n'hésita pas à ramener le corps de son camarade d'armes, afin de lui assurer une sépulture. Ce fut un pénible et douloureux retour. « La gravité de la situation, écrivait M.
Page 82 - Goundam, un campement ami et d'enlever 3.500 moutons ; la bande comptait 70 fantassins Touareg et une vingtaine de cavaliers. M. Imbert, commandant militaire, partit avec le lieutenant Bérar et 25 spahis, pour poursuivre les pillards; il fit appuyer en arrière sa troupe par 40 tirailleurs qui partirent une heure après. Ainsi qu'on l'a appris par une lettre du capitaine...
Page 26 - Les mieux équipés portent un bouclier large en cuir blanc, orné d'étoffes de couleur en croix, fixées au cuir par des clous en cuivre ou en fer à large tête.
Page 22 - Les hommes se rasent la tête complètement; mais les jeunes gens et les enfants portent les cheveux différemment coupés, suivant la classe ou la caste à laquelle ils appartiennent. C'est tantôt une ligne étroite de cheveux allant du front à la nuque, comme une crête, tantôt quelques petites touffes, au nombre de trois, quatre ou cinq.
Page viii - Quelques rares demeures ont deux cours dont la plus retirée sert aux esclaves et à la bassecour. Tel est le plan général, mais non universel, des constructions de la ville ; il va sans dire que la fortune du propriétaire le modifie en...
Page 63 - Boiteux, ayant arrêté sa flottille aux environs de Day, se présente à Kabara sur l'un de ses chalands. Il est reçu à coups de fusil et par une grêle de lances. Mais un feu de salve suffit à faire, dans cette masse confuse, quelques tués et de nombreux blessés, ce qui la disperse complètement.
Page viii - Là se tiennent quelques esclaves et même parfois leur maître ; là aussi se font les visites ordinaires. Souvent encore, derrière ce vestibule il en existe un second réservé également aux visites.

Bibliographic information