Histoire naturelle, générale et particulière, Volume 3; Volume 67

Front Cover
Dufart
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 332 - ... tous les climats, ayant envahi, pour ainsi dire , toutes les mers ; paraissant souvent au milieu des tempêtes; aperçu facilement par l'éclat phosphorique dont il brille , au milieu des ombres des nuits les plus orageuses ; menaçant de sa gueule énorme et dévorante les infortunés navigateurs exposés aux horreurs du naufrage, leur fermant toute voie de salut, leur montrant, en quelque sorte, leur tombe ouverte, et plaçant sous leurs yeux le signal de la destruction.
Page 332 - ... l'éclat phosphorique dont il brille au milieu des ombres des nuits les plus orageuses, menaçant de sa gueule énorme et dévorante les infortunés navigateurs exposés aux horreurs du naufrage, leur fermant toute voie de salut, leur montrant en quelque sorte leur tombe ouverte, et plaçant sous leurs yeux le signal de la destruction ; il n'est pas surprenant qu'il ait reçu le nom sinistre qu'il porte, et qui, réveillant tant d'idées lugubres, rappelle surtout la mort dont il est le ministre....
Page 333 - ... ou des ombres de la nuit la plus noire, ou de l'obscurité des abîmes les plus profonds de l'Océan. Le sens de l'odorat étant dans le requin , ainsi que dans les raies et dans presque tous les poissons, celui qui règle les courses et dirige les attaques, les objets qui répandent l'odeur la plus forte doivent être," tout égal d'ailleurs, ceux sur lesquels il se jette avec le plus de rapidité.
Page 107 - ... épinière , elle est garantie de beaucoup de blessures dans des éminences cartilagineuses ainsi pressées l'une contre l'autre; et voilà une des causes qui rendent la vie de la batis plus indépendante d'un grand nombre d'accidens que celle de plusieurs autres espèces de poissons. On voit aussi un diaphragme cartilagineux , fort , et présentant quatre branches courbées, deux vers la partie antérieure du corps, et deux vers la postérieure. De ces deux arcs ou demi-cercles , l'un embrasse...
Page 72 - aturelles, et les marques d'estime qu'il n'a cessé de donner , dans toutes les circonstances , à ceux de mes compatriotes qui se sont dévoués , comme lui , au perfectionnement des connoissances humaines. La...
Page 137 - ... partie que l'on puisse toucher sans les plus grandes précautions. . Mieux armée que presque toutes les autres raies , elle attaque avec plus de succès , et se défend avec plus d'avantage : d'ailleurs ses habitudes sont semblables à celles que nous avons exposées en traitant de la batis ; et on la trouve de même dans presque toutes les mers de l'Europe.
Page 188 - Ce dard est un peu aplati, et dentelé des deux côtés comme le fer de quelques espèces de lances : les pointes dont il est hérissé sont d'autant plus grandes qu'elles sont plus près de la racine de ce fort aiguillon ' et comme elles sont tournées vers cette même racine , elles le rendent une arme d'autant plus dangereuse qu'elle peut pénétrer facilement dans les chairs, et qu'elle ne peut en sortir qu'en tirant ces pointes à contre-sens, et en déchirant profondément les bords de la blessure.
Page 352 - Diamètre perpendiculaire auprès des yeux • 4 wupïès de la dernière ouverture des branchies 6 auprès de la première nageoire dorsale 6 6 — — auprès de l'anus 5 substance plus molle et plus flasque que le cervelet. Le cœur n'a qu'un ventricule et une oreillette; mais cette dernière partie, dont le côté gauche reçoit la veine cave, a une grande capacité.
Page 307 - Zooph. i5a. la forme d'un parallélogramme , et n'ont aucune portion qu'on puisse. appeler nageoire de l'anus. A l'extrémité de la queue est une nageoire caudale divisée en deux lobes. On n'a encore vu que des gronoviennes d'un diamètre peu considérable; et l'on ignore si , conformée comme la torpille, la raie que nous décrivons jouit aussi, comme cette dernière, de la faculté de faire ressentir des commotions électriques plus ou moins fortes.
Page 190 - ... pas assez que d'attribuer à ce dangereux aiguillon dont la queue de la raie aigle est armée, les qualités redoutables, mais réelles, des poisons, on a bientôt adopté sur sa puissance délétère les faits les plus merveilleux , les contes les plus absurdes. On peut voir ce qu'ont écrit de ce venin mortel Oppien...

Bibliographic information