Cosmos, essai d'une description physique du monde; tr. par H. Faye (C. Galusky).

Front Cover
1846
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 235 - Ce qui nous saisit, c'est que nous perdons tout à coup notre confiance innée dans la stabilité du sol. Dès notre enfance, nous étions habitués au contraste de la mobilité de l'eau avec l'immobilité de la terre. Tous les témoignages de nos sens avaient fortifié notre sécurité. Le sol vient-il à trembler, ce moment suffit pour détruire l'expérience de toute la vie. C'est une puissance inconnue qui se révèle tout à coup ; le calme de la nature n'était qu'une illusion, et nous nous...
Page 275 - Les roches d'éruption, sorties de l'intérieur de la terre, ou volcaniquement , à l'état de fusion, ou plutoniquement , à l'état de ramollissement plus ou moins marqué. 2" Les roches de sédiment , précipitées ou déposées du sein d'un milieu liquide où elles étaient primitivement dissoutes , ou tenues en suspension (telle est la plus grande partie des groupes secondaire et tertiaire).
Page 142 - Képler voulut en chercher la cause , d'abord dans l'interposition d'une materia cometica , puis dans un nuage noir que des émanations fuligineuses, sorties du corps même du Soleil, auraient contribué à former. Chladni et Schnurrer attribuaient au passage de masses météoriques devant le disque du Soleil , les phénomènes analogues des années 1090 et 1203 , qui durèrent moins longtemps , le premier pendant trois heures , le second pendant six heures seulement.
Page 65 - La généralisation des lois qui d'abord, dans des cercles plus étroits, n'avaient été appliquées qu'à quelques groupes isolés de phénomènes, offre, avec le temps, des gradations de plus en plus marquées ; elle gagne en étendue et en évidence tant que le raisonnement s'attache à des phénomènes d'une nature réellement analogue ; mais dès que les aperçus dynamiques ne suffisent plus, partout où les propriétés spécifiques de la matière et son hétérogénéité sont...
Page 370 - ... isothermes. La nature de ces inflexions , les angles sous lesquels les lignes isothermes , isothères , isochimènes coupent les cercles de latitude, la position du sommet de leur convexité ou de leur concavité par rapport au pôle de l'hémisphère correspondant , sont des effets de causes qui modifient plus ou moins puissamment la température sous les diverses latitudes géographiques.
Page 423 - C'est elle qui tend à faire tomber les barrières que des préjugés et des vues intéressées de toute sorte ont élevées entre les hommes , et à faire envisager l'humanité dans son ensemble , sans distinction de religion , de nation, de couleur, comme une grande famille de frères , comme un corps unique , marchant vers un seul et même but , le libre développement des forces morales. Ce but est le but final , le but suprême de la sociabilité , et en même temps la direction imposée à...
Page 70 - De même que l'intelligence et les formes du langage, la pensée et le signe, *mi nni> par des liens secrets et indissolubles, de même aussi le monde extérieur se confond, presque à notre insu, avec nos idées et nos sentiments. Les phénomènes extérieurs, dit Hegel dans la Philosophie de l'histoire, sont en quelque sorte traduits dans nos représentations internes. Le monde objectif pensé par nous, en nous réfléchi, est soumis aux formes éternelles et nécessaires de notre être intellectuel....
Page 450 - Arago, de l'ensemble de ces observations, que la lumière de la comète n'était pas en totalité composée de rayons doués des propriétés de la lumière directe, propre ou assimilée : il s'y trouvait de la lumière réfléchie spécialement et polarisée, c'est-à-dire de la lumière venant du soleil.
Page 405 - C'est donc la vie animale qui domine dans l'éternelle nuit des profondeurs océaniques, tandis que la vie végétale, stimulée par l'action périodique des rayons solaires, est plus largement répandue sur les continents. La masse des végétaux est incomparablement plus grande que celle des animaux. Les grands cétacés, les lourds pachydermes réunis formeraient une masse insignifiante à côté des troncs d'arbres gigantesques, de 3 à 4 mètres de diamètre, qui remplissent une seule région...
Page 230 - Ce n'est pas la constitution chimique des roches, c'est leur structure mécanique qui influe sur la propagation de la secousse ou des ondes d'ébranlement. Lorsque ces ondes suivent une côte, ou lorsqu'elles se meuvent au pied et dans la direction d'une chaîne de montagnes, elles paraissent quelquefois s'interrompre en certains endroits, et cela, depuis des siècles; l'ébranlement n'a pas cessé pourtant : il s'est propagé dans l'intérieur de la terre, sans jamais se faire sentir dans ces points...

Bibliographic information