Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe: précédés de notices pour caractériser chaque auteur des mémoires et son époque, suivi de l'analyse des documents historiques qui s'y rapportent

Front Cover
Guyot, 1851 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 331 - ... indignes liaisons. Quand le duc de Guise apprit cette réponse, il dit qu'il avoit toujours fait son possible par ses soins et par ses bons offices pour gagner l'amitié des honnêtes gens ; que toutes ses démarches ayant été inutiles (puisque plus il leur faisoit d'avances, plus ils sembloient s'éloigner de lui), il avoit été obligé, dans un temps où il avoit besoin d'amis, de recevoir ceux qui venoient s'offrir à lui de si bonne grâce. Le clergé...
Page 327 - Roi y avoit mis fût des parens de sa femme , quoiqu'il l'aidât de toute son autorité, il ne trouva plus rien dans les coffres où on les avoit enfermés , ni sur les tablettes ; il en vit seulement les débris, des planches renversées ou brisées,, et les couvertures de ces rares manuscrits dispersées de tous côtés.
Page 518 - Roy triste et changé, s'estant retiré d'auprès de moy, d'autant qu'il ne sçavoit quel enfant c'estoit; il n'avoit veu que le visage. Il alla vers l'ouverture du pavillon du costé du feu, et commanda aux femmes de chambre de tenir force linges, et le lict prest.. Je regarday si je...
Page 5 - L'on avoit de ce temps-là une coustume : qu'il estoit messéant aux jeunes gens de bonne maison s'ils n'avoient une maistresse , laquelle ne se choisissoit par eux et moins par leur affection, mais, ou elles estoient données par quelques parens ou superieurs, ou ellesmesmes choisissoient ceux de qui elles vouloient estre servies.
Page 326 - Il quitta le plus tôt qu'il put ce séditieux, et gagna sa maison qui n'étoit pas éloignée : sa femme l'y attendoit avec une grande impatience , dans le temps qu'au son de la cloche du Palais toutes celles de la ville sonnoient le tocsin. Le soir, les troupes du Roi ayant abandonné leur poste et s'étant retirées, le duc de Guise se trouva maître de la ville. Alors de Thou retourna sur le pont Saint-Michel, où, comme il s'entretenoit, dans la boutique d'un boulanger, avec le président Brisson,...
Page 543 - ... l'assemblée des chambres pour délibérer sur cela. Lors les cinq chambres des enquestes estoient réduites en deux, à cause de l'absence de plusieurs ('). Ce discours étonna la plus grande part de ceux de la compagnie, non qu'ils ne l'approuvassent grandement tous ; mais une partie par contrainte (qui estoit grande , d'autant que le danger n'estoit pas moindre que de la vie), partie par opinion que cela ne serviroit de rien, rejettoyent au commencement la proposition : mais ledit sieur de...
Page 513 - Dieu voulut qu'ils ne recogneurent pas l'advantage qu'ils avoient acquis par cette charge, ayans coupé entre nostre gros et eux M. de Chastillon et une vingtaine des meilleurs hommes qu'il eust; mais cette charge fut faite comme sur l'heure d'entre chien et loup, laquelle heure nous servit de couverture pour prendre nostre party , qui fut bien scabreux, comme il sera dit cy-après.Mais, avant que d'y venir, je diray que M.
Page 517 - Reine, où estoit un grand lict de velours de cramoisi rouge, accommodé d'or, estoit près le lict de travail : aussi les pavillons, le grand et le petit , qui estoient attachez au plancher et troussez, furent destroussez.
Page 358 - Jule encore, Qu'une lâche indolence à jamais déshonore , Et qui, dans le réduit d'un jardin enchanté , Oublia ses devoirs, ternit sa dignité? Pourquoi, me dira-t-on, d'un style pathétique Exposer ces défauts à la haine publique ? Ne valoit-il pas mieux les taire ou les cacher ? Censeur', sais-tu pourquoi l'on doit les reprocher? Rien n'empêche les grands de suivre leur caprice, Que le soin de leur gloire et la honte du vice; Ce...
Page 66 - Etat, conserve-moi et me pro« longe mes jours, sinon prends mon corps et sauve « mon âme ; ta volonté soit faite ! » ( Certificats de plusieurs seigneurs. ) Le roi de Navarre arriva; Henri III lui tendit la main : « Mon frère, lui dit-il, vous voyez comme « vos ennemis et les miens m'ont traité ; il faut que « vous preniez garde qu'ils ne vous en fassent au

Bibliographic information