Mémoires anecdotiques pour servir à l'histoire de la révolution française, Volume 1

Front Cover
Ladvocat, 1823 - France - 683 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 296 - Un Lièvre en son gîte songeait (Car que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe ?) ; Dans un profond ennui ce Lièvre se plongeait : Cet animal est triste, et la crainte le ronge.
Page 196 - Non, non, dit Joseph, votre rue ? Le sergent indiquant sa demeure, demanda à connaître celui dont il recevait tant d'honnêtetés. — A votre tour, dit Joseph, devinez. — Monsieur est militaire, sans doute ! — Comme dit monsieur. — Lieutenant ? — Ah ! bien oui, lieutenant ; mieux que ça. — Capitaine ? — Mieux que ça.
Page 195 - L'empereur Joseph II n'aimait ni la représentation, ni l'apparat, témoin ce fait qu'on se plaît à citer. Un jour que, revêtu d'une simple redingote boutonnée, accompagné d'un seul domestique sans livrée, il était allé, dans une [calèche à deux places qu'il conduisait lui-même, faire une promenade du matin aux environs de Vienne, il fut surpris par la pluie, comme il reprenait le chemin de la ville. Il en était encore éloigné, lorsqu'un piéton qui regagnait aussi la capitale, fait...
Page 346 - ... échantillon de souliers à la main ; les compagnies noires abattant, démolissant les palais, les églises; plus de rouge pour les femmes, les cheveux à la victime et des perruques blondes ; au lieu du brouet noir que nos Spartiates venaient de partager devant leur porte avec le passant , des marchands de comestibles , des restaurateurs passés maîtres en gastronomie , inoculant la gloutonnerie à toutes les classes de la société ; un institut créé ; les sciences marchant à la perfection...
Page 233 - J'ai prié un ami, M. Crétu, employé au ministère de la guerre, de faire toutes les recherches possibles pour savoir s'il ne découvrirait point sur les registres du temps quelque indice qui pût jeter du jour sur un fait si remarquable : ses soins ont été infructueux, ces registres sont muets.
Page 196 - Oh ! ma foi, je ne puis plus deviner, dit Joseph. — Un faisan, mon digne homme, un faisan tiré sur les plaisirs de Sa Majesté, dit le camarade en lui frappant sur la cuisse. — Tiré sur les plaisirs de Sa Majesté, il n'en devait être que meilleur ? — Je vous en réponds.
Page 93 - Nous avons même choisi un moment où il était absent de la ville pour tomber chez lui. — Et vous avez trouvé ?... — Des papiers de famille, des calculs et des billets doux. — Et des billets doux? Et tout cela n'est pas une dérision, n'est-ce pas ? Eh bien, ce qui n'en est pas une, c'est que toi et Gau devez être arrêtés. — . Pourquoi cela ? — Par la raison que je viens de te donner; par la raison que quiconque a été, pour cause d'incivisme, chassé d'une assemblée du peuple est...
Page 129 - ... le soutenant sous les bras; mais au premier pas il parut éprouver des douleurs si vives, qu'à l'instant on le fit asseoir. Il avait pour vêtement un gilet et un pantalon de drap gris, le pantalon était étroit et semblait le gêner.
Page 123 - Dès le matin du 21 janvier, ces commissaires étaient rendus à leur poste, c'est-à-dire réunis dans une des salles de la Convention , dont les bâtimens, comme on sait, touchaient à la place de la Révolution, lieu désigné pour le supplice.
Page 292 - Après un calcul aussi exact qu'il peut l'être dans ces sortes de choses, j'ai trouvé qu'il ya à peine sur la Terre la dixième partie des hommes qui y étaient dans les anciens temps. Ce qu'il ya d'étonnant, c'est qu'elle se dépeuple tous les jours, et, si cela continue, dans dix siècles, elle ne sera qu'un désert.

Bibliographic information