Oeuvres de Monsieur Houdar de la Motte...

Front Cover
Prault l'ainé, 1754 - French literature
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 65 - Élevée au-dessus de son sexe timide, Qui d'abord accablait ses ennemis surpris, Et d'un instant perdu connaissait tout le prix ; La peur d'un vain remords trouble cette grande âme ; Elle flotte, elle hésite ; en un mot, elle est femme.
Page 85 - Defpréaux n'auroit pu moins faire en ce cas que de trouver la queftion plus problématique qu'il ne l'avoit crue d'abord. . Mais , Monfieur , aurois-je continué , vous faites une remarque importante fur la , différence que j'ai voulu mettre entre le Perfonnage & le Poète. Le Perfonnage , félon vous , peut être agité de quelque paffion violente» qui vaudroit bien la fureur Poétique ; & le Perfonnage alors peut employer des figures auffi hardies que le Poète.
Page 72 - Fidelle au fang d'Achab , qu'il a reçu de moi ; Conforme à fon ayeul , à fon père femblable , On verra de David l'héritier déteftable Abolir tes honneurs , profaner ton Autel , Et venger Athalie , Achab & Jéfabel.
Page 87 - ... à fa mémoire , confiance dangereufe pour les plus fçavans même. La preuve qu'il a cité de mémoire, c'eft qu'il place la comparaifon au commencement du fécond Livre , au lieu qu'elle eft vers la fin. Il eft tombé par cette négligence dans une double erreur : l'une, de croire...
Page 130 - ... des avantures qui ne donnent pas bonne opinion de leur fidélité ; mais celle-ci eft le défefpoir des amans : elle a gouverné trois ou quatre femmes qui font mortes au bout de quelques mois de mariage. Pendant tout ce tems , il n'ya pas eu le moindre foupçon fur leur vertu.
Page 344 - L'Amour fe mit à rire. .Venez tendres Amans , accourez à nos jeux ; Cherchez-y l'objet de vos vœux : Sous le mafque on y peut tout dire. Le jour , &c. Que ces aimables nuits offrent de doux momen»; .. ./<! C'eft par d'heureux déguifemens , .,* Que fleurit l'amoureux empire.
Page 141 - Dans huit jours, au plus tard, après quelque arrangement d'affaires. ' LA GOUVERNANTE. Quoi donc ? En avez-vous de plus importante que celle-ci ? Huit jours de délai! vous m'effrayez. Zima peut les mettre à profit , & il n'aura point d'autre affaire , lui. Croyez-moi , vous dis -je, époufez dès...
Page 79 - Defpreaux , je fuppofe que je lui parle à lui-même , comme j'y aurois été obligé , un jour qu'il m'alloit communiquer fa Réflexion , fi quelques vifites imprévues ne l'en avoient empêché. Ce que la haute eftime que j'avois pour lui, ce que l'amitié dont il m'honoroit, m'auroient infpiré d'égards en cette occafion , je vais le joindre, s'il fe peut, à l'exactitude Se à la fermeté qui m'euflent manqué fur le champ & en fa préfence.
Page 341 - S'accufer d'un choix imprudent, Vous verrez un vifage. Lorfque le Parterre reçoit Une Pièce avec indulgence , Qu'il ne dit pas tout ce qu'il penfe ; Ce n'eft qu'un mafque que l'on voit : Quand , pour aplaudir à l'ouvrage , Le Spectateur , félon nos vœux , E)evient chaque jour plus nombreux, Nous voyons un vifage. Jadis le férieux amour Danfoit avec un air de Cour La tendre Sarabande & la grave Courante.
Page 115 - C'est un caprice qu'il faut contenter ; quoi qu'il m'en coûte, je veux faire ma cour aux dames par ce trait de galanterie, qui n'a point encore eu d'exemple, et qu'on sache partout quel cas je fais de leur mérite, puisque j'achèle si cher un quart d'heure d'entretien avec une belle.

Bibliographic information