L'Intermédiaire des mathématiciens, Volumes 9-10

Front Cover
Charles-Ange Laisant, Émile Michel Hyacinthe Lemoine
Gauthier-Villars et Fils, 1902 - Mathematics
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 325 - Résumé des leçons données à l'École des ponts et chaussées sur l'application de la mécanique à l'établissement des constructions et des machines; Paris, t.
Page 73 - S' Gravesande et Taylor sont cités souvent et à juste titre, comme ayant traité la perspective d'une manière neuve et savante; mais nous nous étonnons qu'on passe sous silence Stevin qui, un siècle auparavant, avait aussi innové dans cette matière, qu'il avait traitée en géomètre profond et peutêtre plus complètement qu'aucun autre sous le rapport théorique. Ainsi, nous ne trouvons que dans cet auteur la solution géométrique de cette question qui est l'inverse de la perspective: Étant...
Page 8 - II existe une dizaine de comètes dont l'orbite, pendant la période de visibilité, s'est montrée de nature hyperbolique. Rechercher, en remontant dans le passé et tenant compte des perturbations des planètes, s'il en était, ainsi avant l'arrivée de ces comètes dans le système solaire
Page 63 - GÉOMÉTRIE DE SITUATION : NOMBRE DE MANIÈRES DISTINCTES DE PARCOURIR EN UNE SEULE COURSE TOUTES LES ALLÉES D'UN LABYRINTHE RENTRANT, EN NE PASSANT QU'UNE SEULE FOIS PAR CHACUNE DES ALLÉES.
Page 286 - Le lieu du sommet d'un angle constant dont les côtés sont tangents à deux circonférences données se compose de plusieurs limaçons de Pascal. B) Pendant le mouvement de l'angle constant, un point quelconque décrit, sur le plan des deux cercles, un limaçon de Pascal; une droite quelconque est toujours tangente à une certaine circonférence (ou, comme on dit, enveloppe une circonférence).
Page 74 - Stevin ne pouvait la résoudre, parce qu'il ne faisait usage que des propriétés descriptives des figures de la perspective, et qu'il eût fallu considérer aussi leurs relations métriques. » Simon Stevin a donc porté la théorie de l'optique et de la catoptrique aussi loin que le permettaient les connaissances géométriques de son époque, et il a eu la gloire de considérer la perspective sous un point de vue qui donne une preuve nouvelle de l'originalité et de la fécondité de son génie...
Page 74 - J'une par rapport à l'autre, deux figures qui sont la perspective l'une de l'autre, on demande de les placer dans l'espace de manière que la perspective ait, lieu, et de déterminer la position de l'œil. » Stevin, il est vrai, ne résout que quelques cas particuliers de cette question, dont le plus difficile est celui où l'une des figures est un quadrilatère et la seconde un parallélogramme.
Page 52 - BB'; trouver le lieu du pied de la perpendiculaire. 20° On donne quatre droites A, B, C, P, qui, prises trois à trois, forment quatre triangles. La droite A appartient à trois de ces triangles, on joint le centre du cercle circonscrit à chacun d'eux au sommet non situé sur A ; les trois droites ainsi obtenues se coupent en un même point i; les quatre points analogues à I et les centres des quatre cercles sont sur une même circonférence.
Page 45 - Deux triangles ABC, A'B'C', qui ont leurs côtés parallèles ou perpendiculaires chacun à chacun, ont leurs angles égaux chacun à chacun. En effet, deux angles qui ont leurs côtés parallèles ou perpendiculaires étant égaux ou supplémentaires, on a A — A...
Page 285 - Rien n'est plus capable rie détacher rame de cette application aux sens qu'une autre application à un objet qui n'a rien d'agréable selon les sens, et c'est ce qui se rencontre parfaitement dans cette science. Elle n'a rien du tout qui puisse favoriser tant soit peu la pente de l'âme vers les sens; son objet n'a aucune liaison avec la concupiscence; elle est incapable d'éloquence et d'agrément dans le langage; rien n'y excite les passions; elle n'a rien du tout d'aimable que la vérité, et...

Bibliographic information