Theodor Körner's sämmtliche werke, Volumes 1-2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - Д le maîtrise; cette doctrine, qui fait de l'homme un dieu, rendait plus amère à toute cette jeunesse l'idée d'être esclave. Le soir, dans les tavernes, les portes closes, quand il n'y avait plus, selon le mot du tems, que les frères allemands, elle chantait en choeur les hymnes de Koerner. Ce qui fait le génie de Koerner, c'est son patriotisme et son enthousiasme: ce n'est point un Tyrtée de cabinet qui, au coin de...
Page 5 - C'était la chasse sauvage , c'était la chasse guerrière de Lutzon. » Ce qui fait le génie de Kœrner, c'est son patriotisme et son enthousiasme : ce n'est point un Tyrtée de cabinet qui, au coin de son feu, fait des chansons guerrières ; c'est un soldat , c'est un volontaire des chasseurs noirs , l'épée au flanc, le mousquet sur le dos ; il s'est enrôlé pour sauver sa patrie, pour punir ses tyrans.
Page 5 - Est-il blessé, et se croit -il près de mourir, cette mort pour la patrie va s'embellir d'images et d'illusions: ses dernières pensées, comme celles de toute sa vie, sont teintes des couleurs de la poésie allemande. Il voit planer devant ses yeux de gracieux fantômes ; les cris des mourans se changent en accens mélodieux. Ce qu'il a tant rêvé, ce qu'il portait au fond du...
Page 5 - Ce qu'il a tant rêvé, ce qu'il portait au fond du coeur, il va le voir, il va le posséder pour toujours; déjà cet objet des ardeurs de sa jeune âme, ce qu'il nommait tantôt la liberté, et tantôt l'amour, voltige devant lui comme un brillant séraphin. Voilà avec quelles idées on mourait dans ces bandes enthousiastes. Certes, ce n'est pas là la mort d'un grenadier de la garde, qui est tombé à son rang, et qui meurt gravement avec l'idée de n'avoir manqué...
Page 5 - Kcerner semble se- plaindre de la mort; une fois il ne la trouve pas belle et douce. Il était en faction aux bords de l'Elbe , et il entendait tonner les canons et retentir les trompettes ; on allait se battre, et lui, il lui fallait rester tranquille, tranquille « comme « le douanier qui garde la rive d'un fleuve » , et peutêtre mourir obscurément. « Ah! dois-je donc mourir
Page 5 - ... c'e qu'il nommait tantôt la liberté, et tantôt l'amour, voltige devant lui comme un brillant séraphin... Voilà avec quelles idées on mourait dans ces bandes enthousiastes. Certes , ce n'est pas là la mort d'un grenadier de la garde , qui est tombé à son rang, et qui meurt gravement avec l'idée de n'avoir manqué ni à la consigne , ni à l'honneur ; non, c'est une mort de rêveur et de poète, c'est une mort allemande.
Page 5 - Tyrtée de cabinet qui, au coin de son feu, fait des chansons guerrières ; c'est un soldat , c'est un volontaire des chasseurs noirs , l'épée au flanc, le mousquet sur le dos ; il s'est enrôlé pour sauver sa patrie, pour punir ses tyrans. Poète et soldat, son génie comme son courage s'échauffe au feu de la guerre. Tout est poésie pour lui : la flamme du mousquet, c'est l'étincelle de la liberté; le sang qui rougit les campagnes, c'est la pourpre de l'aurore, de l'aurore de la liberté....
Page 4 - Eveille-toi , alors, éveille-toi, sainte pa• tronne de l'Allemagne : sois son ange, l'ange de • la liberté et de la vengeance ! • Ces vers, ces chansons circulaient de bouche en bouche. Le matin l'étudiant s'instruisait avec Fichte aux maximes du stoïcisme moderne ; et cette doctrine généreuse qui , dans la métaphysique comme dans la morale, attribue tout à la force de l'homme, qui lui apprend qu'avec son intelligence il crée le monde , et qu'avec sa vertu il le maîtrise, cette doctrine...
Page 4 - Koerner, jeune poète, qui périt les armes à la main en 1813, et qui a laissé un recueil de chansons pleines de génie et de patriotisme, sous le titre de la Lyre et de l'Épée. Ces Ters, ces chansons circulaient de bouche en bouche.
Page 4 - Essayons de retracer le spectacle de cette grande guerre en nous aidant de quelques détails empruntés aux écrivains allemands de cette époque , et surtout des chants de Kœrner, jeune poète qui périt les armes à la main en 1813 , et qui a laissé un recueil de chansons pleines de génie et de patriotisme , sous le titre tie la Lyre et l'Epée.

Bibliographic information