Histoire de la philosophie scolastique: par B. Hauréau ...

Front Cover
Durand et Pedone-Lauriel, 1880 - Scholasticism
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 225 - ... elle ne choisit rien, ne veut rien, ne condamne « rien ; elle se sent dans toutes ses parties , mais elle marche « de sa force irrésistible , sans dessein comme sans liberté. « Elle a le sentiment, mais non la science d'elle-même. Elle « ne peut être autrement, comme elle ne peut n'être pas. « Elle est , parce qu'elle était ; elle sera , parce qu'elle est. « Eternelle, impérissable, elle compose , absorbe , travaille « sans relâche toutes ses parties, agrégations mobiles et «...
Page 373 - ... la perception que j'en ai. Or ce n'est pas cela que l'on doit entendre, quand on dit que l'idée du soleil est le soleil même, en tant qu'il est objectivement dans mon esprit. Et ce qu'on appelle être objectivement dans l'esprit n'est pas seulement être l'objet, qui est le terme de ma pensée, mais c'est être dans mon esprit intelligiblement, comme les objets ont accoutumé d'y être ; et l'idée du soleil est le soleil, en tant qu'il est dans mon esprit, non formellement comme il est dans...
Page 487 - De même le nombre que nous considérons en général, sans faire réflexion sur aucune chose créée, n'est point hors de notre pensée, non plus que toutes ces autres idées générales que dans l'école on comprend sous le nom d'universaux.
Page 376 - que j'entends par les êtres représentatifs, en tant « que je les combats comme des entités superflues, ce « ne sont que ceux que l'on s'imagine être réellement « distingués des idées prises pour des perceptions ; « car je n'ai garde de combattre toutes sortes d'êtres « ou de modalités représentatives, puisque je soutiens « qu'il est clair à quiconque fait réflexion sur ce qui « se passe dans son esprit, que toutes nos percep...
Page 225 - Tout est indifférent dans la nature, car tout est nécessaire : tout est beau, car tout est déterminé. L'individu n'est rien, comme être isolé : sa cause, sa fin sont hors de lui. Le tout existe seul absolument, invinciblement, sans autre cause, sans autre fin que lui-même, sans autres lois que celle de sa nature, sans autre produit que sa permanence.
Page 197 - Avcrrhoës comme contraire au système de l'unité de la matière, et, quand il cherche des autorités en faveur de ce système, il n'en trouve pas d'autres, parmi les philosophes, que l'auteur du Fons...
Page 34 - Voyant que , sur la question de l'unité de la forme dans un. « même être, les docteurs les plus authentiques, les plus « fameux, soit en théologie, soit en philosophie, pensent « diversement, soutiennent et enseignent des opinions di...
Page 34 - ... trepris cet ouvrage , et nous allons traiter de l'unité de la « forme, en ayant pour guide principal en cette affaire notre « propre jugement. J'énoncerai d'abord la thèse de la plura-.
Page 492 - moderne, dit M. l'abbé Gerbet, s'est préparé lente« ment dans le gymnase de la scolastique du moyen« âge. Si cette première éducation lui a communiqué « une disposition à une sorte de rigorisme logique, qui « gêne la jouissance et la liberté des mouvements, il a « contracté aussi, sous cette rude discipline, des habi...
Page 373 - ... certain que la manière dont je dis qu'un objet est présent à l'esprit, quand il en est connu , est incontestable , et que c'est ce qui fait dire qu'une personne que nous aimons nous est souvent présente à l'esprit, parce que nous y pensons souvent. 5. Je dis qu'une chose est objectivement dans mon esprit, quand je la conçois. Quand je conçois le soleil, un carré, un son, le soleil, le carré, ce son , sont objectivement dans mon esprit, soit qu'ils soient ou qu'ils ne soient pas hors...

Bibliographic information